mercredi 26 avril 2017

Avis en Vrac #36

Salut à tous !

Une fois encore je vais vous faire une série de chroniques dans un seul billet !


 Le Paris des Merveilles, tome 3 : Le Royaume immobile
de Pierre Pevel
Année de sortie : 2015
Éditeur : Bragelonne
Nombre de pages : 377


Un super dernier tome, aussi prenant que les précédents même si il est sur un ton un peu plus sombre. Je trouve qu'il clôture vraiment bien la série.

Plusieurs événements se déroulent en succession rapide et troublent la vie de nos héros. Un elfe noir inconnu est retrouvé mort avec un curieux tatouage sur le bras juste à coté de chez Isabel, un des amis de Griffon est soupçonné d'avoir assassiné un mage d'un clan rival, Une séries d'attentats secoue Paris ... le tout en pleine élection des représentants du conseil magique qui règne sur la ville ...

On reprend le schéma des tomes précédents, une séries d’événements et d'enquêtes différentes occupent Griffon et Isabel et tout devient compliqué pour eux.
Comme avant j'ai bien aimé les différentes trames narratives (non, elles ne sont pas toutes liées, ça serait trop facile), j'aime bien le fait que nos deux héros ne savent plus ou donner de la tête car tout semble arriver en même temps.
Ce que j'ai bien aimé ici c'est que les découvertes se font vraiment petit à petit, on n'est pas totalement dans le flou tout du long avec une grosse révélation à la fin. On en apprends un peu plus à chaque fois, reliant les points entre eux et donnant une enquête un peu plus structurée.
Au final ça n'est pas vraiment un gros changement, on a juste un rythme un peu plus lisse et qui fait monter la tension au fur et à mesure.

J'ai bien aimé aussi le fait qu'on finisse par en apprendre plus sur Isabel et la façon dont elle a fini par faire sa vie sur terre, ses secrets bien gardés et qui seront remis en question ici.

C'est le premier tome de cette série ou je peux dire ça mais j'avais deviné une grosse partie de la fin bien avant nos héros. Bon pas tout bien sur, parce que je m'étais imaginé une histoire bien plus complexe que celle qui est arrivé et du coup j'avais faux sur certains points. Après ça ne m'a pas tout gâché la lecture parce qu'il n'y a pas que les faits qui sont importants mais la façon dont ils sont résolus et du coup j'ai quand même eu ma part de découvertes.

Je suis quand même triste d'avoir terminé cette série, chaque tome était très divertissant, une lecture que j'ai énormément apprécié au final.

16.5/20



La ronde des saisons, tome 3 : Un diable en hiver
de Lisa Kleypas
Année de sortie : 2013
Éditeur : J'ai Lu
Nombre de pages : 376


Ce livre est vraiment ce qui se fait de plus classique et de plus sympa en romance historique. Et si le thème a déjà été vu et revu j'apprécie toujours autant les personnages et l'humour !

Suite aux événements du tome précédent débauché Lord St Vincent n'est plus en odeur de sainteté auprès de ses anciens amis, et il est toujours au bord de la faillite.
Donc lorsque Evangeline Jenner arrive en lui proposant le mariage, un mariage de raison mais qui pourrait arranger tout ses problèmes, il saute sur l'occasion. Mais la timide et bégayante jeune femme va vite s'imposer comme un élément qu'il ne pourra pas mettre de coté ...

Comme je le disais on est dans le thème sans doute le plus vu dans ce genre de roman : le débauché repenti. Mais cela donne mon tome préféré de la série, à croire que je ne me lasse pas de ce genre d'histoire.

Je dois dire que je n'attendais pas grand chose Evangeline, on ne l'entend pratiquement pas dans les tomes précédents, et je n'avais pas du tout idée de quel personnage elle était avant. Et j'ai été agréablement surprise. Son enfance a été relativement horrible et elle en est ressorti à la fois blessée mais plus forte. Maintenant qu'elle a droit à sa liberté elle n'a pas l'intention de se laisser reprendre une seconde fois. Du coup elle sait exactement ce qu'elle veut et ne se considère pas comme une victime ou une femme à protéger.

C'est cet étonnant cocktail dans une jeune fille d’apparence frêle et effacée qui va finir par capturer Lord St Vincent. Libertin sans scrupule, il ne comprends pas du tout pourquoi il réagit de façon si forte en sa présence. Il a l'habitude du désir, il joue avec celui des autres depuis toujours donc quand il s'aperçoit qu'il est de l'autre coté maintenant il ne sait plus du tout ou il en est. Il se rend compte ensuite qu'en plus d'être indépendante elle n'est pas une plante verte et qu'elle a de l'esprit, c'est le second point qui finira par avoir raison de lui.

Au final c'est vraiment la combinaison des personnages intéressants et surprenants et de l'humour de leurs dialogues qui donne les gros points fort de ce tome qui est mon préféré dans la série.

17/20


Fallen Empire, book 2 : Honor's Flight
de Lindsay Buroker
Année de sortie : 2016
Éditeur : CreateSpace
Nombre de pages : 256


Encore un tome super fun, on continue la suite des aventures de nos personnages dans leurs quêtes respectives.

Alisa arrive enfin sur sa planète natale, dernier bastion de l'empire mourant. Planète ou elle espère retrouver sa fille, réunion qu'elle attends depuis un an, lorsqu'elle a appris la mort de son mari.
Mais une série de mauvaises nouvelles arrive, premièrement elle n'est pas la bienvenue et on lui refuse l’accès au sol, et en plus à la fois l'empire et l'alliance (qui surveille la planète le plus proche possible) lui collent au derrière, les uns pour récupérer l'artefact d'un de ses passagers et les second pour capturer le cyborg à bord qui est sur la liste des most wanted avec une énorme prime sur sa tête...
La pauvre Alisa se retrouve donc totalement coincé entre les deux.

Encore une tome plein d'aventures et d'action, le tout sur un rythme rapide du début à la fin. Nos personnages passent tous par de nombreuses fusillades et courses poursuites avant d'arriver à leurs fins.
J'apprécie de plus en plus les personnages. Même les moins sympathiques d'entre eux commencent vraiment à se dévoiler et nous font découvrir ce qu'ils ont dans le ventre. J'aime bien aussi le fait que chacun a ses allégeances qui sont différentes mais que malgré tout ils arrivent à vivre cote à coté pendant assez longtemps sans que ça parte dans de gros débats politiques ou autres (ce qui aurait tout à fait été possible). C'est vrai que dans ce tome les chemins divergent beaucoup plus que dans le premier, mais c'est normal que que les personnages apprennent à se connaitre.
Tout n'est pas au beau fixe mais ils font contre mauvaise fortune bon coeur et arrivent à se supporter.

Pour l'instant on nage encore bien dans le mystère, on a bien plus de questions qui arrivent que de réponses. On voit bien qu'on est encore dans la phase ou l'auteur monte son intrigue et pas encore dans celle ou on aura nos réponses.
Mais du coup ça reste bien mystérieux et j'aime beaucoup.

Bref un très bon tome, comme le précédent. Toujours trop court, bien sur. J'en veux plus !

17/20


 Remy Chandler, book 5 : In the house of the wicked
de Thomas E. Sniegoski
Année de sortie : 2012
Éditeur : Roc
Nombre de pages : 336


Encore un tome très sympa dans cette série.

Ashley, qui est depuis toujours la dogsitter de Marlowe (le chien de Remy) et fait quasiment parti de sa famille étendue a disparu mystérieusement.
Remy part donc à sa recherche. Il ne s'attendait pas du tout à se retrouver au beau milieu de deux sorciers fou de puissance et de revanche ...

Je n'en dit pas plus parce que l'histoire se développe petit à petit dans ce tome et que ça gâcherais pas mal du suspense.

Dans les premiers tomes ce qui était le plus évident c'était que la série reposait énormément sur le personnage principal. Mais au fur et à mesure on a en plus une très bonne intrigue et un univers qui c'est vraiment créé autours de nous et qui donne un bonne profondeur au tout. J'ai du mal à comprendre pourquoi cette série n'est pas plus connue.
Le personnage de Remy est toujours aussi sympathique. Après son passage à vide des tomes 2 et 3 du à sa dépression, il est enfin revenu à un stade même meilleur que celui qu'il était avant, étant plus en paix et uni avec son séraphin. Mais il garde sa personnalité paisible dés que le danger est parti, et même en plein dans la bataille il cherche toujours à résoudre les choses de façon pacifique quand il le peux.

Le thème de ce tome tourne autours du mythe des Golems que des anges ont enseigné aux Juifs pour se défendre, connaissance qui a perduré par delà les siècles. On suis aussi d'un autre coté les même anges qui avaient enseigné cette magie aux humains et qui ont été sévèrement punis pour ça. Cela donne en plus de la partie de Remy un puzzle avec pas mal de camps différents (car tous ne sont pas unis) autours de l'intrigue principale.

Au final j'ai mieux aimé ce tome que les trois précédents, je ne sais pas si je l'ai mieux aimé que le premier mais c'est quasiment pareil je pense. Il me reste deux tomes pour la terminer que j'ai hâte de lire maintenant.

16.5/20

lundi 24 avril 2017

C'est lundi... que lisez-vous? #68


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève depuis.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?





Qu'ai-je lu la semaine passée ?





Encore une super semaine de lecture, j'ai gardé mon bon rythme de la semaine dernière, pas de ralentissements. Et ça risque de continuer vu qu'il y a un weekend à 1000 la semaine prochaine !



 Que suis-je en train de lire en ce moment ?



Un SP de Livradditc, pour l'instant c'est un policier/thriller SF très sympa !


Que vais-je lire ensuite ?
(mes envies du moment)




Cette semaine c'est le Weekly Book Color Challenge (WBCC) auquel je participe, avec pour couleur dominante cette session : le Noir. J'ai fais une PAL plus grosse que ces trois la (sur le billet de présentation du challenge) mais se seront mes priorités cette semaine.


Et vous, que lisez vous?


samedi 22 avril 2017

Weekly Book Color Challenge #6



J'ai décidé de participer à ce challenge qui aura lieu du lundi 24 Avril 2017- 00 h 01 au dimanche 30 Avril 2017 - 23 h 59. 

Je reprend la présentation de l'Organisatrice de ce challenge, Galleane :


Le Weekly Book Color Challenge qu'est-ce que c'est ?
C'est un challenge trimestriel à thème, qui aura toujours lieu la dernière semaine du mois pendant lequel il se tiendra. Une couleur différente sera mise en avant à chaque édition et le choix des livres à lire devra s'orienter autour de cette couleur. Que ça soit via la couverture, le titre ou le nom/prénom de l'auteur.
Le but sera de lire au minimum, trois titres (ça changera peut-être un jour) : romans, bds, mangas, albums... Si vous arrivez à lire plus 3 livres minimums, c'est gagné. Livre à vous ensuite d'arrêter le challenge à ce moment ou de faire péter votre score. Que vous vous constituez une PAL pour l'occasion, ou non, vous pouvez y incorporer autant de titres souhaités. C'est vous qui vous fixez une limite...

La couleur pour cette session est "Couleur libre" et j'ai choisi : Le Noir

 Et voici ma PAL pour ce challenge, comme d'habitude je fais une PAL très importante histoire de me laisser le choix des livres que je lirais :


- En prioritaire :


Deux sorties de la semaine que j'ai hâte de lire, plus une LC de prévue.

 - En secondaire, si j'ai le temps ou si je change d'avis, mes possibilités :






 (oui ce ne sont pas les possibilités qui manquent !)


Rien que pour la Couverture #25

Salut à tous !

Je me suis inspirée de rendez vous même nom présent sur le blog de Gribouille Lechat !

Le principe est de présenter des couvertures de livres - récents ou anciens - qui nous plaisent, que l'on trouve intéressantes, sympa, marrantes, jolies ou carrément somptueuses! Le tout sur un thème à chaque fois.
(grandes images)
Je vous présenterais donc quelques couvertures de temps en temps, parmi mes préférées !


Voici la sélection de la semaine et comme thème cette semaine j'ai choisi :
 
Femmes
 








 
 

vendredi 21 avril 2017

Dark Matter de Blake Crouch





Dark Matter
de Blake Crouch
Année de sortie : 2017
Éditeur : J'ai Lu
Nombre de pages : 347




Résumé

Un soir, en rentrant chez lui, Jason Dessen, professeur de physique, est agressé et kidnappé par un inconnu masqué. Quand il reprend connaissance, tout a changé : Daniela n'est plus sa femme, leur fils Charlie n'est jamais né, et Jason lui-même est un physicien de premier plan à l'aube d'une découverte fondamentale. Que lui est-il arrivé? Qui lui a volé sa vie, et pourquoi? Les réponses à ces questions entraîneront Jason sur les multiples chemins d'un voyage extraordinaire, au cours duquel il devra se confronter à son plus dangereux ennemi : lui-même.

Mon avis :

Un bon thriller. Bon il ne rentrera pas dans mes coups de cœur mais il a été un bon page turner et j'ai vraiment apprécié ma lecture.

J'ai adoré l'idée que le protagonistes et l'antagoniste sont tout les deux la même personne. 
Ça m'a un peu fait penser à la série Fringe, en plus dynamique. D'ailleurs, plus que le coté "autre vie" c'est surtout ce coté la qui fait l’intérêt du livre. Se poser la question à quel point les autres soi des autres mondes, qui ont pris d'autres décisions ou qui sont passés par d'autres épreuves que nous sont différents de nous même.

Dans le livre nous suivons donc Jason qui va essayer de trouver un moyen de s'en sortir déjà, parce que c'est bien beau d'avoir un labo privé et d'être un génie, mais certaines personnes qui ont payé cher pour mettre tout ça en place sont prêtes à tout pour le faire continuer, quitte à éliminer toute distraction (au sens propre du terme). Et ensuite la question se pose de savoir comment rentrer chez lui, et ce n'est absolument pas une question simple en fait.

J'ai bien aimé le coté scientifique. Non pas parce que l'idée soit nouvelle ou que l'auteur ai fait un super travail de recherche pour rendre ça "probable", mais parce qu'il arrive à nous expliquer tout de façon suffisamment simple et claire pour qu'un novice en science ne s'y perde pas, tout en rentrant suffisamment dans les détails pour ne pas avoir l'impression qu'on survole la chose. Et ce n'était pas gagné du tout vu le sujet abordé.

Pour résumé ma lecture je dirais qu'en gros ce livre est passé comme une fusée entre mes mains : à peine commencé qu'il était terminé. Je l'ai commencé en début d'après-midi un jour de congé et je l'ai terminé dans la soirée. Ma seule pause a été pour manger un morceau quand je n'y tenais plus.
Il m'a vraiment entrainé dans son histoire, avec son rythme rapide et haletant. Je n'ai pas du tout vu le temps passer. 

Si je devais quand même trouver des défauts je dirais que premièrement ce n'est pas un sujet très original, il a déjà été abordé a de nombreuses reprises et souvent avec succès. Ce qui fait qu'il a de sérieux concurrents et qu'a coté des autres ce n'est pas forcement le meilleurs.
Le second point est la dernière partie du livre, que j'ai trouvé un peu "too much". du coup elle était un peu brouillon, vraiment TROP. C'est sans doute la partie que j'ai le moins aimé et c'est dommage qu'elle arrive à la toute fin (même si j'ai aimé le final quand même, je vous rassure). C'est la raison pour laquelle ce livre ne rentrera pas parmi mes favoris du genre.

16.5/20

jeudi 20 avril 2017

Throwback Thursday Livresque #25 : Noir et sans espoir ou Lumière et plein d’espoir


Voici un tout nouveau rendez-vous que j’ai le plaisir d’inaugurer aujourd’hui sur le blog : le throwback thursday livresque ! C’est sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante à ce thème.


Ce rendez vous a été créé par BettieRose Books !


Cette semaine, le thème est
 Jeudi 20 avril : Noir et sans espoir ou Lumière et plein d’espoir
****
La Roue du Temps de Robert Jordan

Bon, ok je fais un peu dans la facilité, je sais.
J'essayais en vain de trouver un livre qui corresponde à l'un ou l'autre des critères et finalement je me suis dit que tant qu'a opposer la lumière à l'ombre, autant faire les deux en même temps !
Et pour cela je vous présente celle qui est et a été une de mes séries favorites depuis des années : La Roue du Temps.
Plutôt que de vous mettre le résumé du premier tome, je vous met la présentation qu'en a fait l'auteur de la série : 
Imaginez un monde qui n'a jamais existé. Imaginez la fin du XVIIème siècle, alors que la poudre à canon est un secret d'une Guilde des Illuminateurs. Imaginez la Terre du Milieu de Tolkien sans Elfes, sans dragons, sans hobbits, mais avec ses peuples qui grandissent et évoluent réellement.
Imaginez un monde détruit il y a 3000 ans par un homme qui canalisait le Pouvoir de l'Unique. Imaginez un monde où pendant 3000 ans, la pire chose qu'on pouvait imaginer était un homme canalisant le Pouvoir de l'Unique, touchant la partie Mâle de la Source Authentique, car il aurait était destiné à la folie et à la mort. Avant de mourir il aurait été un fou pouvant canaliser le Pouvoir de l'Unique qui fait tourner la Roue du Temps qui dirige l'Univers. Ainsi, de tels hommes ont été pourchassés et abattus pendant 3000 ans.
La prophétie annonce que le Ténébreux va se libérer et s'abattre sur le monde. Le Ténébreux exilé par le Créateur lors de la Création. La prophétie dit qu'un enfant va naître pour affronter le Ténébreux lors de la Dernière Bataille. Cet enfant, cet homme, pourra canaliser, et devra affronter le même destin que ces hommes. La prophétie annonce qu'il va sauver le monde mais aussi le détruire.
Ceci est le début. Ceci vous prépare à la lecture de la Roue du Temps. 

 Ici on n'est donc pas du tout dans du médiéval mais sur des influences plus récentes. Et si de nos jours ce changement peut sembler normal, il ne l'était pas du tout à l'époque de sa sortie. Il y a aussi de nombreuses références autres par exemple Asiatiques ou même technique (on voit voyager le premier train à vapeur par exemple)

Le premier tome commence à la Tolkien, ce qui est un fait assumé par l'auteur, pour ensuite s'en éloigner et prendre son chemin propre.
Ce qui pourrait paraitre comme archi classique au premier abord ne l'est pas forcement. Déjà une des grosses particularité de cette série c'est qu'au lieu du manichéisme qui était souvent de mise à l'époque, elle explore toutes les nuances de gris entre la lumière et les ténèbres.
Ensuite elle introduit un héros qui va devenir fou, on le sait c'est prédit. Ce qui n'est pas forcement évident pour lui et pour toutes les personnes qui essayent d'être du bon coté. Du coup on se retrouve avec plein de factions différentes qui sont techniquement du bon coté mais qui veulent essayer de limiter la destruction ou de contrôler le "Dragon" (l'homme de la prophétie) et qui entravent par la même occasion la progression de la lumière dans sa lute contre l'ombre. Et tout ça fait réel, tout est nuancé en quelque sorte.

On a dont une énorme fresque d'un monde au bord de la destruction, qui lute frénétiquement de tous les cotés pour s'en sortir.
Les bons cotés c'est que déjà malgré le fait qu'on ai une prophétie on devine rarement la suite car la prophétie parle du dernier tome et il y en a 13 autres avant ou il se passe toute la préparation nécessaire à sa réalisation.


Bon, je suis consciente que cette série de par sa longueur n'est pas exempte de certains défauts. Et qu'elle n'est bien entendu pas pour tout les lecteurs.

- Déjà il y a sa profondeur. On est ici sur la description et la vue d'une 20ènes de peuples et pays différents. Avec autant des gouvernements, de factions internes, de façon différente de réagir à la menace... Autant de danger en quelque sorte d'être infiltrés par le coté du ténébreux et d'être parmi ceux qui croient être dans la bonne direction alors que non.
D'autant plus que l'auteur ne ménage pas ses descriptions. Sans que ça soit de gros pavés indigestes mais il distingue bien chaque pays/peuple, en nous décrivant ses modes vestimentaires, ses façons d'être en quelque sorte, qui sont vraiment toutes différentes et toutes distinctives.
Ce point peut être autant un super point positif chez les personnes qui aiment vraiment s’imprégner d'un monde et de le connaitre, et d'un autre coté ça peut totalement effrayer les personnes habituées à des récits plus courts et moins énormes dans la quantité d'information disponible.

- Il y a ensuite les personnages. On est ici dans un monde qui a eu peur des hommes depuis 3000 ans, vous imaginez bien que se sont donc souvent des femmes qui sont au pouvoir. Ça n'a pas pour autant totalement réduit le pouvoir des hommes mais ils sont plus en tant que conseillers ou ministres - rôles interchangeable si jamais la personne se révèle pouvoir canaliser et être en danger de folie - et plus Roi héréditaire.
Il y a aussi certaines femmes (notamment dans les Aes Sedai - les mages quoi) qui ont développé une haine des hommes et qui sont très agressives.
En fait ce qui est marrant c'est qu'au final on retrouve les travers qu'on reproche habituellement aux hommes chez les femmes. L'impression d'avoir toujours raison, d'être têtu, de savoir sa valeur / vouloir prouver sa valeur et donc d'apparaitre hautain, de toujours vouloir diriger tout ... Et du coup c'est vrai qu'il y a pas mal de personnages féminines qui ne sont absolument pas sympathiques voir carrément chieuses si vous me permettez l'expression (mais je pense que ça se remarque surtout parce qu'on a pas l'habitude de voir des femmes dans ce genre de rôle).
La aussi pour ceux qui veulent du réalismes, ils seront servis, mais ça ne plaira pas à tout le monde.  

Sans parler bien entendu du nombre de personnages différents qu'on suis à un moment donné ou a un autre, pour vous donner une petite indication chiffrée : il y a 2800 personnages nommés dans la totalité de la saga (entre 250 et 700 par tome), dont une 40ène de principaux qu'on suis régulièrement.
Mais la je rassure ceux qui pourraient avoir du mal avec ça. C'est extrêmement progressif, on commence avec 3 personnages principaux au tout début pour en ajouter petit à petit au fil des rencontres, du coup ça ne pose en général pas de souci.

- Le dernier point un peu moins positif pour moi est la lenteur d’avancement global de certains tomes du milieu (7-9). Vous vous imaginez bien que dans un monde en constante évolution si proche d'une catastrophe il se passe un nombre de faits impressionnants de partout en même temps. Du coup l'auteur est un peu enlisé sur certains tomes, mettant plus d'un tome à parler de tous les éventements qui se passent en même temps. Ce n'est pas extrêmement gênant mais certaines fois on a par exemple un fait extrêmement marquant qui devrait avoir des répercutions qu'on attends avec impatience, et ... non ... il faut attendre très longtemps pour les voir arriver, parce qu'on a encore pas fini de parler des autres événements qui se sont aussi passé en même temps mais ailleurs avant de passer à la suite. C'est juste un décalage temporel en quelque sorte mais que j'ai remarqué lors de ma lecture.


Je termine en vous parlant de la publication de cette série.
Déjà le premier point à savoir c'est que l'auteur est mort avant de l'avoir fini en 2007 (il en était au tome 11). Mais ne vous inquiétez pas, il a pris les devants, il le savait. Il a demandé à Brandon Sanderson de la terminer à l'aide des notes qu'il avait prise en conséquence.  Résultat les trois derniers tomes de la série ont donc commencé à arriver en 2010 pour finir la série en 2014.

Ensuite, autre point, la version française. Lors de sa première édition les 11 premiers tomes ont été traduits, ils ont tous été divisés en deux, ce qui donne 22 tomes.
Ensuite Bragelonne a repris les droits mais ils ont décidés de republier la série en volume intégrale cette fois ci, depuis le début, en la re-traduisant. Ils en sont au tome 8 sorti l'an passé, au rythme de un tome par an.
Il y a donc eu 3 traducteurs successifs qui se sont succédé (ce qui correspond à trois éditeurs différents). La première a traduit les tomes 1-14 de l'ancienne édition (Rivage Fantasy), la seconde les tomes 15-22 (Fleuve Noir). La distinction entre les deux est énorme, les styles très différent et en plus la seconde parti a souffert d'un gros manque de correction ce qui impliquait de nombreuses fautes en tout genre qui gênaient la lecture.
La 3ième est celle de Bragelonne qui est plus proche du style original de l'auteur.

Voila c'est tout pour le moment :P

mercredi 19 avril 2017

Alex Verus, book 8: Bound de Benedict Jacka







Alex Verus, book 8: Bound
de Benedict Jacka
Année de sortie : 2017
Éditeur : Orbit
Nombre de pages : 416




Un tome un peu plus en retrait par rapport au précédent mais qui est toujours plein de tension.

(spoilers sur le tome précédent, évidemment, pour ceux qui voudraient lire la série un jour)

Il y a un point que j'ai adoré en fait c'est quand le personnage se rend compte qu'il doit arrêter de juste réagir aux menaces qui le concernent, et que de cette façon d'agir ne lui amènera jamais la paix car il aura toujours une longueur de retard sur ses ennemis. Je suis contente qu'il décide d'agir en conséquence et je pense que ça peut donner excellents tomes dans la suite.

Après ce tome la se distingue parce qu'il se passe sur des mois, contrairement aux quelques jours habituels. Du coup on est vraiment sur de l'attente pendant une bonne partie du livre. Ça n’empêche pas le rythme d'être assez élevé car il se passe toujours quelque chose, ça ne m'a pas empêcher non plus de le lire quasiment d'une traite en 2 soirées.

Alex et Anne travaillent dont maintenant officiellement pour les mages noirs, Richard met Alex en post comme conseiller de Morden, tandis que Anne végète dans les bureaux de la santé car personne ne veut la voir toucher quelqu'un maintenant qu'elle est officiellement du mauvais coté.

On est donc pendant toute la grosse moitié du livre dans une ambiance vraiment très sombre. Nos deux amis se posent sans cesse des questions sur pourquoi avoir fait tout ça pour juste se servir d'eux de cette façon? Surtout que vu qu'ils sont contraints et forcés ils ne mettent pas vraiment toute leur volonté et résistent dés qu'ils le peuvent, malgré le peu de marge de manœuvre car leurs amis sont bien sur toujours en danger. On cherche donc toujours quel complot sordide peut bien être à l’œuvre par dessous. Chaque décision est mesurée, analysée et on vit en quelque sorte dans la peur en permanence.
Les mages noirs jouent sur un terrain bien plus psychologique en forçant petit à petit nos héros en dehors de leurs marques pour les forcer à agir comme ils le veulent. Ils jouent aussi sur leur nerfs en les mettant en stress tout en endormissent leur défenses pendant de long mois sans qu'il ne se passe rien pour ensuite les envoyer la ou ils ne s'y attendent le moins.
Et franchement j'ai adoré ces passages, ce jeu du chat et de la souris. Mais j'avoue que l'ambiance est du coup bien pesante et on se demande vraiment ou ça va nous mener.

Sinon les deux autres personnages (ou trois si on compte Arachnée) sont moins présents ici. Luna par exemple avait mal commencé, prostrée et déprimée suite aux événements précédents, mais elle fini par juste partir dans son chemin et commence à faire sa vie. C'est un super développement pour ce personnage j'ai trouvé, elle le mérite même si je suis un peu triste vu que du coup elle ne voit quasiment plus Alex. Et on voit à peine les deux autres 2 ou 3 fois dans tous le tome.

J'ai adoré le développement sur Richard, en apprendre plus à son sujet. Bon j'avoue que j'avais deviné un des gros points avant Alex mais ça ne retire pas au mystère du personnage qu'on voit désormais vraiment sous un autre genre. C'est un homme extrêmement patient et détaché mais en même temps il se capable de partir au quart de tours et d'agir dans la précision au moindre moment. Le tout sans la moindre concession ou pitié, un homme vraiment effrayant en fait.

Au final un tome vraiment différent des précédents qui étaient plus des enquêtes avec de l'action. Le final est par contre dans la veine des précédents, éclatant !
Bon je dois reconnaitre que vu qu'il se passe quand même moins de choses, on est plus dans de la réflexion et de l'attente ici, je le note légèrement moins bien dans ma tête que le précédent qui était le meilleurs mais il est tout à fait du niveau de ceux d'avant.

17/20