samedi 20 janvier 2018

Carpe Diem de Sharon Lee et Steve Miller






Année de sortie : 1989
Éditeur : Ace
Nombre de pages : 336
Genre : Science-Fiction





Mon avis :

Après un début difficile qui m'a rappelé mon avis sur le premier tome, j'ai finalement réussi à rentrer dans l'histoire lors de la seconde partie et à apprécier ce tome.

Ce tome se passe directement après le premier. En fait chronologiquement parlant c'est le second tome qui se passe en premier. ce tome ci réuni les 5 personnages principaux des deux tomes en une intrigue et il est aussi véritablement le commencement de l'histoire principale.

Nous suivons Val Con et Miri, qui après avoir échappé à leurs poursuivants s'échouent sur une planète interdite. Les planètes interdites sont des planètes qui n'ont pas voulu faire parti du monde galactique et qui laissent leurs habitants sans aucune idée de ce qu'il se passe en dehors de leur terre ferme. Pendant ce temps Edger, leur frère adoptif et ami, Shan, le cousin de Val Con et Priscilla sa compagne ainsi que les autres membres de leur famille partent à leur recherche.
Mais le département de l'intérieur donc Val Con était un agent est bien décidé de les retrouver en premier, car un agent ne quitte jamais le service, ou alors les pieds en avant ...

En fait le monde dans lequel Miri et Val Con atterrissent est un monde bloqué dans une technologie qui rappelle le début du 20ième siècle. Il y a déjà le téléphone, la radio et quelques rares voitures mais guère plus.
Les deux se retrouve hébergés par une veuve qui les loge et les nourri en échange du travail dans sa ferme. Au début ils n'ont pas vraiment de plan, ils savent qu'ils ne peuvent pas repartir pour l'instant avec leurs moyens et pensent même un instant rester sur place pour le reste de leurs jours. Mais évidemment avec toutes les personnes sur leurs traces, les opportunités vont bien finir par frapper à leur porte.

C'était un espèce d'interlude campagnard pour les deux en quelque sorte, une façon aussi de se poser un peu pour analyser ce qu'est leur vie et ce qu'ils peuvent devenir.

C'est les passages avec lesquels j'ai eu le plus de mal. Mais bizarrement je n'ai pas particulièrement trouvé ça long comme on pourrait peut être l'imaginer. En fait j'ai plus été embêté une nouvelle fois avec le langage des personnages et leurs façons de parler bien spécifique. Entre Val Con et les Liaden qui ont un phrasé ampoulé, les Clutch (dont Edger fait parti) avec leurs phrases à rallonge et Miri avec ses apostrophes de partout car elle mange ses mots, ce n'était vraiment pas évident à nouveau. 
Non pas que j'ai particulièrement de grosses difficultés en général mais ça demandait quand même une concentration particulière et des fois des relectures de passages pour bien les assimiler qui me faisaient sortir du récit.

De leur coté Shan et Priscilla ont aussi leurs soucis. De peur de la réaction de leur chef de famille Shan n'a jamais vraiment officialisé sa relation avec la jeune femme, et du coup il est bien embêté parce qu'on lui demande de rentrer dans un mariage temporaire politique avec une autre famille. Le but est de faire une association entre deux personnes pour "produire" un enfant qui sera des deux sangs et qui rapprochera les familles. Mais le mariage en question n'est pas fait pour durer il est dissout dés que l'enfant nait ou au bout d'une période donnée si il est stérile.

Les Liaden sont un peuple très ordonné et formel et leur vie est rythmée par toute une série d'obligations qui sont censées permettre de pérenniser leur famille sur le long terme. En fait ils ont une hiérarchie très précise et un respect des personnes plus hautes qu'eux, qui rappelle un peu les japonnais. Même leur façon de parler change en fonction de leur interlocuteur et de la hiérarchie en question.
D'ailleurs on passe pas mal de temps dans la famille Liaden de Val Con de Shan dans ce tome, justement pour nous permettre de mieux connaitre ses autres membres et notamment la chef de famille. 

Heureusement pour moi dans la seconde partie du récit les choses s’accélèrent un peu, autant la vie de Val Con et Miri qui change un peu que celles des autres protagonistes. On a plus d'action, les choses bougent et surtout le département de l'intérieur va faire le premier pas d'une série qui va permettre de véritablement lancer l'intrigue principale.

Un autre point que je trouve finalement charmant même si on ne peux pas s’empêcher de le remarquer est le coté anachronique des certaines technologies. Un peu comme dans Star Wars on est sur un univers qui fait très années 70-80 malgré le fait qu'on soit très loin dans le futur.

En fait je pense qu'il y a un autre facteur qui a fait que j'ai moins aimé le début du livre et c'est justement le changement de temporalité globale. Ayant lu les deux tomes précédents qui avaient leur intrigue qui se terminait à la fin du tome, celle ci était rapide au niveau rythme et se suffisait à elle même.
Alors qu'en fait sur ce tome ce n'est plus le cas car on est sur le tout début d'une grosse intrigue qui va continuer sur les tomes suivants. Du coup oui on a un peu l'impression à certains moments que les choses n'avancent pas en comparaison. On est passé vraiment sur une intrigue plus globale qui lance l'univers et qui nous donne une petite idée de ce que pourra être la suite.

Au final je dirais que la fin à bien rattrapé le début. Et pourtant j'avoue qu'il y a des passages ou j'étais assez pessimiste et ou j'avais peur de ne pas l'aimer comme le premier tome.
Je suis bien contente de ce changement et du coup la fin m'a bien relancé dans mon envie d'en savoir plus sur cet univers, malgré les petits problèmes de langue que j'ai eu sur la première partie.

16/20

Mes avis sur les tomes précédents : Tome 1 : Agent of Change - Tome 2 : Conflict of Honors

vendredi 19 janvier 2018

Les lames du roi, tome 1 : L'insigne du Chancelier de Dave Duncan






Titre original : The Gilded Chain
Année de sortie : 1998
Éditeur : Bragelonne
Nombre de pages : 336
Genre : Fantasy




Mon avis :

Un premier tome bien sympathique. Quelques lenteurs au milieu ont fait que ça ne sera pas un coup de cœur mais dans l'ensemble il était bien équilibré.

Dans ce livre nous suivons Durandal tout au long de sa vie. Il est une des Lames du Roi, un épéiste confirmé au service du roi qui est lié magiquement à la personne qu'il est censé protéger.
Il est d'ailleurs le plus prestigieux et renommé d'entre eux même car il a atteint le poste de chancelier royal, un des plus élevé à la cour .

Mais sa vie ne sera pas de tout repos. Entre les traitres qui grouillent à la cour, les voyages de plusieurs années à l'autre bout du monde et les machinations politique, toute sa vie il devra se sacrifier pour honorer son serment ...

On est ici vraiment dans un roman d'aventure de capes et d'épées avec son lot important de politique et une touche de fantasy, un duo qui marche toujours. Les tomes de cette série sont tous indépendants, et suivent des personnages différents dans un même monde.

L'élément central de ce tome est le lien qui lie une Lame à son protégé. Ce lien est inviolable et il donne à la Lame tout ce dont il a besoin pour faire son travail. Ainsi il n'a plus besoin de dormir, il ne peut plus devenir ivre et il a besoin de savoir en permanence ce que fait et ou est celui ci.
Sachant que même si ils protègent une personne particulière les Lames sont avant tout liées au Roi lui même. C'est donc une bonne façon pour celui ci de faire surveiller les personnes les plus douteuses.

C'est ainsi que Durandal passe les premières années de sa vie, assigné au frère de la maitresse royale, un moins que rien qui profite sans vergogne de tous les avantages que cela lui procure et que Durandal ne peux pas supporter ...

Dans le livre nous suivons à la fois le jeune Durandal qui avance dans sa vie, et aussi le vieux Durandal, lorsqu'il fini sa carrière de politicien. En fait nous les suivons en parallèle jusqu’à ce que les 2 temporalités se rejoignent et que les 2 intriguent finissent par n'en faire plus qu'une. Et j'ai bien aimé ce principe, car finalement nous passons autant de temps avec le vieil homme qu'avec le jeune. Et d'ailleurs la partie la plus importante de l'intrigue se passe bien sur quand il est âgé.

J'ai trouvé Durandal sympathique et équilibré même si au premier abord il me semblait un peu passe partout. On a un nombre de personnages qui gravitent autours de lui très important et il n'y en a pas vraiment qui sont plus développés que d'autres en dehors du Roi lui même, avec qui Durandal développe une amitié qui va durer longtemps, et de l'adversaire de toujours de Durandal, Kromman. Que ça soit les autres Lames, les nobles, sa femme et les autres institutions du royaume, il a vraiment une image assez centrale de tout ce qui s'y passe.
Le système magique n'est pas vraiment expliqué, mais nous savons qu'il utilise des cercles magiques et des éléments et qu'il peut être utilisé de façon bénéfique ou pas.
Quand au background on est clairement dans l'Europe du 16ième-17ième. Rien de terriblement original tellement tout ça nous rappelle un coté mousquetaire (bien sur aidé par l'illustration de couverture).

J'ai trouvé quelques longueurs au récit, surtout dans la première partie. Mais je dois avouer que ça ne m'a pas plus dérangé que ça, c'était surtout du à mon impatience de savoir enfin ce que voulait bien dire la partie de l'intrigue qui implique le Durandal âgé. 

Sur l'ensemble on a un roman solide et distrayant. Le style est fluide et rapide à lire. Les personnages sont intéressants à suivre et variés et l'intrigue pleine de mystère et d'aventure. Pour moi le contrat est rempli, en fait ce roman était exactement ce que j'en attendais, ni plus ni moins. Je suis suffisamment intriguée pour avoir envie d'en savoir plus sur ce monde et suivre d'autres personnages.

16/20

jeudi 18 janvier 2018

Frontlines, book 1 : Terms of Enlistment de Marko Kloos






Année de sortie : 2014
Éditeur : 47North
Nombre de pages : 347
Genre : Science-Fiction





Mon avis

Un premier tome vraiment très classique mais très solide qui donne vraiment envie d'en lire plus sur les aventures du héros !

Quand on est né, comme Andrew Grayson, dans les banlieues surpeuplées d'une des mégalopoles du North American Commonwealth ou le taux de chômage avoisine les 100% et ou tout le monde ne vit que de petits trafics et aux frais de l'état, on n'a que deux façons de s'en sortir et de faire quelque chose de sa vie.
La première est de gagner la loterie et de remporter un des rares tickets avec pour destination une des nouvelles planètes à peine terraformées, la seconde de s'engager dans l'armée.

N'ayant aucun espoir de gagner un jour, Andrew choisi la seconde. Quel plaisir de gouter enfin à de la vrai nourriture, d'être quasiment assuré de toucher une retraite et avec un peu de chance d'avoir un ticket pour quitter cette bonne vieille terre étouffante. 
Mais Andrew va vite comprendre que tout ces bonus ne sont pas la juste pour lui faire plaisir et que le danger dans la galaxie est bien plus importants que les gangs des rues ...

J'ai vraiment bien accroché à cette lecture. On est dans un récit ou finalement le chemin est plus important que la destination. Et quel chemin ...

Dans un futur proche, la terre (et notamment l'Amérique du nord) est devenu un monde quasiment dystopique, avec des mégalopoles gigantesques ou les habitants se superposent dans des barres d'immeubles de + de 50 étages en béton, alignées et identiques. Les gangs et les trafiquants font la loi et il n'est pas sage de sortir sans une arme. Chaque habitant reçoit chaque jour sa dose de 2000 calorie faite d'une pâte sans gout uniquement la pour combler ses besoins les plus essentiels.
Pas franchement le monde dans lequel on a envie de vivre, C'est sinistre et limite de quoi faire déprimer.

Pour le coté militaire Andrew espérait être enfin débarrassé de la terre une fois pour toute et obtenir une place dans la marine spatiale. Mais en fait non, après un camp d'entrainement qui tiens plus de la torture pour certaines personnes non entrainées, il obtient une place dans l'armée terrestre, les forces terrestres d'intervention. Le voila désormais à devoir faire face à des révoltes populaires, à surveiller les même barres d’immeubles qu'il voulait tant quitter dans un endroit qui n'a de différent que le nom.
Mais tout n'est pas si noir, son équipe et les relations qu'il tisse le renforce et il découvre enfin l'amitié et la cohésion de groupe. 

Le coté humain finalement est un des plus important dans ce tome. Andrew rencontre Halley dans le camp d'entrainement, qui est son binôme et elle est tellement douée. Les deux se retrouvent séparés car Halley obtient son billet pour l'espace mais ils continuent à entretenir une relation à distance.
L'équipe de Andrew dans les forces terrestres est aussi vraiment attachante. On n'a pas vraiment le temps de tous les connaitre en détails mais on voit bien qu'ils forment une équipe soudée et qui prend soin des siens.

On est vraiment dans un page turner, on se prend vraiment au jeu de suivre Andrew et de voir son évolution. Le rythme est bien équilibré et on n'a pas le temps de s'ennuyer. La vie d'Andrew n'est vraiment pas de tout repos et les missions s'enchainent et ne se ressemblent pas.

En fait bien qu'il n'y a pas grand chose à en dire de plus j'ai trouvé que l'ensemble était vraiment solide. Tout faisait vrai, que ça soit l'environnement ou les dialogues. Le fait qu'Andrew soit vraiment un lambda pris dans une énorme machine militaire joue aussi dans le coté réaliste de la chose. Pour l'instant il est un peu spectateur mais on sent qu'il prend de l'assurance au fur et à mesure. Il y a beaucoup de potentiel pour le futur.

Au final je conseille cette série aux amateurs de SF militaire classique (on sent l'influence d'Heinlein) qui n'ont pas peur de lire quelque chose qui n'a rien de très original dans le genre mais qui est réaliste et bien fait.
Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde et j'en redemande !

16/20

Les autres chroniques de ce livre : Apophis.

mercredi 17 janvier 2018

City of Stairs de Robert Jackson Bennett






Année de sortie : 2014
Éditeur : Broadway Books
Nombre de pages : 452
Genre : Fantasy
Série : The Divine Citie, tome 1





Mon avis

Après en avoir entendu parler en bien pendant des années, je mets enfin le nez dans cette série. J'ai vraiment adoré l'univers et l'intrigue même si ce n'est pas un coup de cœur pour autant.

Bulikov était la capitale du monde, la capitale des dieux. Mais un jour, il y a des années, leurs esclaves, les sans-dieux Saypuri, les ont défaits et ont prit le pouvoir sur leurs cendres.
Ce que n'avaient pas prévu les Saypuri c'est que la destruction des dieux allait entrainer bien plus que la disparition de leur magie, et en un coup faire disparaitre avec eux des milliers de personnes aux endroits ou les dieux avaient investi l'espace ...
Depuis ce massacre les Saypuri sont devenus les maitres du monde et utilisent des machines la ou les dieux faisaient des miracles. Ils ont bannis tous les objets miraculeux et toutes les références aux anciens dieux.

Mais, la révolte plane sur Bulikov, qui n'a pas du tout réussi son entrée dans la nouvelle ère et qui se lamente encore sur son glorieux passé. Lors qu'un professeur renommé, envoyé sur place pour étudier les anciens dieux et leurs artefacts, est assassiné, c'est Shara qui est envoyée pour trouver le coupable. 

Le gros point fort de ce livre est son background. Il est tellement foisonnant et riche que je dois vraiment me retenir de tout vous raconter sans m'arrêter (et il y a tellement de détails que ça pourrait prendre des heures).
Au final, plus que "qui a tué le professeur?", la vrai question qu'on se pose tout au long du livre est plus "que c'est-il vraiment passé à Bulikov ?" ou "Les dieux sont-ils vraiment morts ?". Et j'ai trouvé tout ça vraiment fascinant.

Explorer le passé et le présent de la cité a été pour moi un vrai plaisir. En fait je trouve plein de points communs entre ce livre est les Craft Sequence (que j'adore): que ça soit le fait qu'on est sur une enquête qui met en scène des éléments "Divin" ou le fait qu'on inclus des personnages divers et les thèmes associés ou encore le fait de confronter le coté magique avec la science.
Au final j'ai trouvé qu'on était vraiment dans le même type de récit même si en fait l'effet global est vraiment différent.

Un des gros aspects qui revient ici est aussi le coté géopolitique entre le continent (et Bulikov) et l'ile de Saypur. Finalement en fait, si Saypur est très présent dans la vie des habitant de Bulikov, ils ne dirigent pas vraiment la ville. Ils ont juste un gouverneur et un ambassadeur mais la majorité des décisions sont prises en politique locale. Et c'est vraiment très tendu entre les deux vu la situation globale.  Il y a aussi un gros problème de racisme évident entre les deux peuples qui n'arrivent pas à trouver leur place.

Les personnages ne sont pas en reste. Shara est à la fois un personnage classique mais qui arrive tout de même a sortir du moule. Elle est une descendante du Raj qui a été le conquérant des dieux, le général inventeur de l'arme qui a réussi à les tuer et elle travaille en fait pour le ministère des affaires étrangères de Saypur. Elle est une sorte d’enquêtrice/espionne pour son peuple et du coup elle passe son temps à l'étranger pour le défendre. Ici elle a fort à faire car si elle est toujours très partisane elle n'est pas non plus au point de ne pas comprendre ce qui ne va pas dans sa politique. On la sent partagée sur sa mission, elle est très humaine. Elle doit aussi cacher son identité car elle se doute bien que si les habitants savaient qu'une descendante de l'homme qui a tué leurs dieux était dans la ville, tout exploserait.
D'autant plus qu'elle commence à comprendre qu'on essaye de l’empêcher de retourner chez elle pour des raisons politique et elle cherche donc aussi à savoir pourquoi. 

Elle est accompagnée de Sigurd qui est son assistant. Géant nordique de peu de mot il est vraiment son atout caché car si au premier regard on pourrait penser qu'il n'est que muscle sans cervelle, ce n'est pas du tout vrai. Il a lui aussi un vrai background qu'on explore un peu durant ce tome mais qui a mon avis avancera encore dans les suivants. J'ai beaucoup aimé ce personnage même si il reste très mystérieux.

Il y a bien sur de nombreux autres personnages importants mais j'ai l'impression de trop vous en dire déjà et donc je vais m'arrêter la et vous laisser le plaisir de la découverte.

Nous arrivons enfin au moment ou vous vous posez la question : mais pourquoi malgré toutes ces éloges ce livre n'est-il pas un coup de cœur?
Et bien en fait parce qu'en dehors des secrets du background qui eux m'ont surprise et vraiment interpellés, j'avais deviné depuis longtemps qui était le coupable du meurtre qui est censé être au centre de l'intrigue. C'était cousu de fil blanc pour moi et du coup je râlais un peu du fait que Shara ne semblait pas s'en rendre compte.

Après je comprends bien que ce meurtre n'était qu'une excuse pour nous faire découvrir la ville et le monde et faire évoluer l'intrigue générale de la trilogie qui n'a l'air d'en être qu'a ses tout débuts ici, mais il n’empêche que ça m'a un peu déçue. 

Au final nous avons un monde extrêmement riche et complexe, regorgeant de thèmes passionnants. La partie enquête pure a beau être une déception pour moi il n’empêche que j'ai vraiment apprécié de découvrir le tout et tout ces secrets cachés. Le tout est servi par des personnages intéressants et complexes que j'aurais plaisir à retrouver dans les deux tomes suivants.

16/20

mardi 16 janvier 2018

Immortal Vegas, tomes 0.5, 1 et 2 de Jenn Stark






Série : Immortal Vegas de Jenn Stark
Genre : Urban fantasy
Éditeur : Elewyn Publishing
Année de sortie : 2015






Généralités sur la série :

 Sara Wilde est une cartomancienne. Elle n'utilise pas son pouvoir pour arnaquer des clients, mais pour trouver des artefacts. 
Car pour elle les cartes indiquent toujours la vérité et elle est la championne pour les comprendre et aller droit au but avant tout le monde.

Dans ce monde les utilisateurs de magie sont appelés les Connectés. Ils sont éparpillés dans le monde car des connectés peuvent tout à fait naitre dans des familles d'humains normaux. Il n'y a pas de créatures fantastique dans le monde (ou si il y en a on n'en a pas encore rencontré).
Il n'y a pas d'organisations centralisée ou de police pour les connectés, c'est un peu la loi du plus puissant tant qu'ils ne se font pas prendre par la justice des humains.
Alors Sara a décidé que son but à elle c'était d'aider les connectés sans pouvoirs réels, sans connections. Elle sauve notamment des enfants car il sévit à l'heure actuelle des groupes de chasseurs dont la principale activité est de retrouver et capturer les enfants connectés non révélés pour les vendre au plus offrant. Souvent en petit morceaux car les organes d'un jeune connectés sont les objets les plus puissants pouvant être utilisés dans des cérémonies de magie noire...

Il existe aussi une organisation liée à l'église catholique qui massacre les connectés pour le seul fait d'exister car la magie est forcement mauvaise pour eux.

Mais il existe tout de même un conseil dont le seul but est de veiller à l'équilibre du magique du monde. Ils n'interviennent que si visiblement un des deux cotés prend le dessus sur l'autre et que le monde sombre trop dans le chaos ou dans l'ordre.
Chaque membre du conseil prend le forme d'un avatar d'une des cartes du Tarot. Ainsi à leur tête est le magicien. Son fonctionnement sera révélé au fur et à mesure donc je n'en dit pas trop ici.


- Tome 0.5 : One Wilde Night :

Cette petite novelle préquelle raconte la rencontre entre Sara et son principal protecteur dans la suite.
Elle est très sympa à lire avec son ambiance festive du carnaval de Rio. Elle est aussi très riche en action et en retournements de situation ce qui fait qu'on n'a pas le temps de s'ennuyer.

Après au final elle est un peu anecdotique car rien de ce qui s'y passe n'est vraiment utile pour la suite. Mais peut être très agréable en bonus.

- Tome 1 : Getting Wilde

J'ai vraiment adoré ce tome.
Sara fait un marché avec le Magicien : elle l'aide en allant récupérer une mystérieuse boite enfermée sous le Vatican et en échange de son aide et de ses moyens pour retrouver 3 jeunes filles qui ont été capturées dont des jumelles qui seraient des oracles. Elle auraient été vues dernièrement à Las Vegas qui est en plus le siège du conseil.

Nous en apprenons plus sur le conseil et comment il fonctionne, qui sont ses membres et de quel coté chacun est. J'ai vraiment bien apprécié la découverte, se sont des personnages haut en couleur comme le Diable par exemple qui est excellent !

Dans ce tome Sara n'est qu'un pion pour le Magicien, il est vraiment intrigué par elle et donc il la pousse constamment dans ses retranchements pour essayer d'en savoir plus. Résultat Sara est toujours complétement affolée par le personnage qui est tellement plus puissant qu'elle est qui ne veut pas la lâcher d'une semelle.
En plus il a un coté vraiment sexy même si on comprend aussi qu'il n'est pas vraiment attiré par elle, c'est plus comme un insecte sous son microscope.

J'ai aussi aimé le fait qu'il est Égyptien d'origine même si il habite à Las Vegas maintenant et travaille aussi en France et ce n'est pas souvent qu'on a un personnage d'origine arabe en urban fantasy.
D'ailleurs ce premier tome se passe au début en France, Sara est aidée par un prêtre qui prend son argent pour sauver les enfants qu'elle lui confie et les envoie dans une maison vers Besançon (yeah, c'est vers chez moi xD)

Bref, une vraiment bonne lecture. Ça faisait longtemps que je n'avais pas autant été emballée par un premier tome de série comme ça. Ce qui explique le fait que j'ai décidé de lire le suivant directement dans la foulée.

17/20

- Tome 2 : Wilde Card :

Je ne sais pas ci c'est lié au fait que je les ai enchaînés (même si il c'est passé plus d'un jour entre les 2 finalement vu mes temps de trajets) mais j'ai bien moins apprécié ce second tome.

C'est surtout du au fait qu'ici il n'y avait pas vraiment d'intrigue. Il se passe plein d’événements ponctuels mais on ne peux pas dire au milieux dans quel sens va l'histoire.
Du coup j'avais un peu l'impression de ne pas comprendre ou on allait et de toujours me demander : "mais elle a commencé l'histoire ici ou toujours pas?" alors qu'on enchaînait les petits passages sans réels rapports les uns avec les autres.

Le changement par rapport au tome précédent est le fait que Sara commence à vraiment prendre conscience de son potentiel, et je pense que finalement plus que l'histoire c'est ce fait la qui est au centre de ce tome. Elle s'aperçoit que son don avec les carte était aussi un don d'oracle en quelque sorte sauf qu'il est tellement puissant en elle qu'elle peut carrément s'en servir pour voyager dans ses visions si les événements ont lieux au moment ou elle les voit.

Bref, ce tome ci m'a moins convaincu, le personnage principal évolue de pion à quelque chose d'encore non défini car plus personne (et encore moins elle même) ne sait vraiment ce qu'elle est. Du coup on est plus sur un tome de transition ce qui me fait espérer que le suivant soit meilleur.

15/20

lundi 15 janvier 2018

C'est lundi... que lisez-vous? #103

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève depuis.


On répond comme chaque lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? 
 
 
 Qu'ai-je lu la semaine passée ?
 



J'ai commencé la semaine en terminant The Facefackers Game que j'ai trouvé vraiment très sympa. Ensuite j'ai lu Les Quinze première vies d'Harry August qui malgré une narration éparpillée m'a beaucoup plus. Suivi des trois semaines avec Lady X qui n'est pas mon préféré dans la série mais que j'ai quand même bien apprécié. Les Furies de L'Academ a été la meilleur surprise de la semaine, surprise surtout grâce à ma vitesse de lecture et le fait que j'ai pu l'apprécier même 8 ans après avoir lu le tome précédent. Hungry Ghosts est le tome que j'aime le moins dans cette série pour l'instant mais je l'ai tout de même bien apprécié. Seeker a été aussi une très bonne lecture, je l'ai trouvé meilleur que le précédent même si le sujet était moins passionnant. Les fiancés de l'hiver a été une bonne découverte, le monde est magique et l'intrigue classique. J'ai été déçue par contre par le crime du golf qui était trop simple et rapide pour un Agatha Christie. Et finalement Le Flambeur, une relecture sympa mais sans gros plus.

 
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
 
 
Je viens de le commencer et j'ai hâte d'avancer !
 
 Que vais-je lire ensuite ?
 
 


Une bonne semaine de prévue variée et avec de belles découvertes j'espère ^^
 

Et vous, que lisez vous?

samedi 13 janvier 2018

La Compagnie des Glaces, tome 01 de Georges-Jean Arnaud






Année de sortie : 1980
Éditeur : French Pulp
Nombre de pages : 220
Genre : Science -fiction




Mon avis :

Si j'ai bien aimé l'intrique et le monde et leurs mystères, j'avoue avoir été un peu embêtée par le coté sexuel un peu trop présent à mon gout et pas toujours très justifié.

Lien Rag est un glaciologue. Il se retrouve sans s'en rendre compte embarqué dans une conspiration politique et va devoir tirer son épingle du jeu sans y laisser sa peau. Il pourra compter pour l'aider sur la belle Floa, la fille du gouverneur.

On est dans un monde post-apocalyptique ou la neige à tout recouvert. Les derniers humains vivent dans des trains, quasiment constamment en mouvement, se regroupant en villes temporaires qui occupent des centaines de voies de large. En fait dans la zone la plus peuplée, tout est quasiment entièrement recouvert de voies, on y trouve des casino ou des palaces qui roulent sur 15 voies à la fois. On y retrouve aussi beaucoup de militaire parce que la guerre fait rage et on se bat pour gagner quelques mètres face à une autre compagnie. Et il y a aussi les hommes roux, qui sont des espèces de barbares qui ne craignent pas le froid et qui vivent quasiment nus à l'extérieur des villes humaines, en recevant de la nourriture en échange de leur travail de dégagement de la neige qui s'accumule sur les dômes.

Franchement j'ai vraiment aimé l'ingéniosité et de l'imagination de l'auteur sur ce premier tome. J'avoue que dans les premières pages j'avais un peu de mal à m'imaginer le monde mais c'était juste parce que je n'imaginais pas du tout le coté immense de ce sol recouvert de voies de chemin de fer. Mais une fois que j'ai réalisé ça j'ai été vraiment agréablement surprise par le nombre de détails cohérents qu'il contenait.

C'est un livre court mais qui est une bonne introduction du monde, en fait il arrive à nous poser tous les différents points qui servirons surement d'intrigue plus tard, entre la politique de la compagnie, les différentes faction politiques, la guerre, les hommes roux ...
L'intrigue est bien menée, elle reste mystérieuse et il y a encore pas mal de points qu'il nous reste à explorer (ce qui est logique vu la longueur de la série).

Après le style est assez simple, rien de bien littéraire, c'est sur. Mais ça reste tout à fait agréable à lire en lecture rapide. Le seul point qui m'a un peu dérangé était le coté sexuel qui revient tout le long du livre. Non pas des scènes de popotin, pas du tout, il n'y en a d'ailleurs aucune tout du long, elles ne sont que suggérées. En fait c'est plus a l'image de la liberté sexuelle des années 70. J'ai trouvé le ton de ces passages un peu vulgaire car ils ne sont la que pour choquer et appuyer sur le coté "sauvage" des hommes roux et de certains membres de l'aristocratie. (mais y avait-il besoin de nous rappeler toutes les 30 pages la taille du membre des hommes roux? je ne crois pas)

Néanmoins malgré tout j'ai bien apprécié ma lecture, l'intrigue m'a plu et m'a donné envie d'en savoir plus. Donc je lirais sans doute la suite !

15/20

vendredi 12 janvier 2018

InCryptid, book 6: Magic for Nothing de Seanan McGuire






Année de sortie : 2017
Éditeur : Daw
Nombre de pages : 368
Genre : Urban fantasy





Mon avis :

Un super tome, sans doute mon préféré dans la série depuis le début.

Nous changeons de point de vue sur ce tome pour enfin passer à la dernière des enfants : Antimony.
Suite aux événements du tome précédent, les Price ont besoin de savoir ce que va faire le Covenant of St. George et donc ils décident d'y infiltrer la jeune fille, qui est la seule qui n'a pas le physique particulier des Price.
Elle se retrouve donc a suivre la formation d'intégration à l'organisation secrète. Mais c'était le mauvais moment car ses pouvoirs de pyromancie n'en font qu'à leur tête et la voila avec la menace de mettre le feu à tout ce qu'elle touche ...

Ça a vraiment été un plaisir de rencontrer enfin Antimony, après toutes les descriptions que son frère et sa sœur nous en ont fait. Elle était toujours représenté comme excentrique et dangereuse et effectivement, elle l'est.
C'est un personnage fort, elle éclipse Verity je trouve. Entêtée, c'est une guerrière dans tout les sens du terme, d'autant plus que sa formation dans un cirque l'aide. Elle est aussi vraiment super drôle et m'a souvent fait éclater de rire.

Mais elle n'est pas non plus que ça. J'aime bien ses avis bien marqués sur les autres personnages, par exemple elle n'arrête pas de se plaindre que Verity est égoïste depuis le début. Mais en fait elle se sent un peu le vilain petit canard de sa famille et elle est en colère pour ça. Elle ne s’intègre pas bien. Elle est surtout en colère parce qu'elle pense que sa famille l'a envoyé dans le convenant parce qu'elle est la seule à ne servir à rien et donc qu'ils peuvent se permettre de la perdre. On la sent qui s'éloigne de sa famille petit à petit en fait. Pour l'instant sur ce tome ce n'est pas très important dans l'histoire mais j'imagine bien cet élément devenir le centre pour plus tard.
Du coup ça donne une certaine profondeur à son personnage que j'ai vraiment hâte de voir évoluer.

Cette série est toujours aussi intéressante par son lot de créatures bizarre et inhabituelles qu'on découvre tout du long. Le coté Cryptozoologiste est toujours aussi fun et tout ce qui va avec.
L'intrigue est toujours sur un rythme rapide, avec plein de retournements de situations. J'ai aussi apprécié le coté Convenant et la découverte de ceux qui sont nos ennemis depuis toujours.

La fin ouvre la voie à un changement et j'ai vraiment hâte que le suivant sorte !

17/20

Mes avis sur : le Tome 1, le Tome 2, le Tome 4, le Tome 5

mercredi 10 janvier 2018

Rolling in the deep de Mira Grant







Année de sortie : 2015
Éditeur : Subterranean Press
Nombre de pages : 123
Genre : Horreur





Mon avis :

Une bonne petite découverte, malgré son peu de pages cette novella met vraiment dans l'ambiance et nous promet du bon pour la suite. On est clairement loin de ma zone de confort mais j'ai quand même bien apprécié ma lecture.

La chaîne de TV Imagine Network qui veut donner un coup de boost à son audience, décide de se lancer dans la production d'un docu-fiction qui sera diffusé comme un film et qui aura comme sujet l’existence (ou pas) des sirènes.
Et voici donc 200 personnes, techniciens, acteurs, scientifiques, artistes, producteurs à bord de l'Atargatis (ainsi que l'équipage du vaisseau), en partance pour la Fosse des Mariannes !
Mais 6 semaines après le vaisseau est trouvé dérivant hors de la zone, avec plus une seule personne à son bord, et des traces de luttes et de sang de partout ...
Les seuls témoins sont les diverses caméra qui ont filmé tout et rien sous divers angles jusqu'à 24h après la disparition de tout le monde.
Mais personne n'a vraiment cru ce qu'ont montré les images trouvées tellement elles paraissaient inimaginables, ça sentait trop le fake imaginé par la chaine en question ...

Nous suivons donc l'équipe de tournage dans sa vie de tous les jours à bord du bateau, des guéguerres entre les acteurs, aux expériences que veulent réaliser les scientifiques sur place ou aux répétions prévues. Jusqu'au moment ou tout dérape ...

Je ne peux pas trop vous en dire plus car c'est un texte vraiment court et on arrive vite au spoil.

Au niveau du rythme c'est vrai qu'il est assez lent sur la grande majorité de la novella mais en fait ça convient très bien pour ce genre de livres fantastique car on est vraiment mit dans l'ambiance et la tension monte au fur et à mesure que la deadline se rapproche. 

Par contre une fois que tout démarre c'était vraiment effrayant. J'en ai eu des frissons et je devais régulièrement prendre des petites pauses parce que je suis vraiment très sensible à ce genre et donc que je stress très rapidement. On est totalement dans de l'horreur sur cette dernière partie.
Et le final ! Waou, ça me donne trop envie d'en savoir plus !

Du coup on peut vraiment dire que je suis loin de ma zone de confort mais j'ai quand même vraiment bien apprécié cette histoire. La révélation finale me donne envie d'en savoir plus et de prendre le premier tome qui raconte la suite de cette histoire et ses conséquences mais j'ai vraiment peur d'être trop stressée et de ne pas pouvoir le terminer. Du coup c'est encore un peu en suspend.

Mais dans l'ensemble j'ai quand même bien apprécié cette novella qui met tout en place pour la suite, ce n'est que le début mais un début mouvementé et effrayant !

16/20

mardi 9 janvier 2018

Le sang des princes, tome 2 : L'éveil des réprouvés de Romain Delplancq






Année de sortie : 2017
Éditeur : L'Homme Sans Nom
Nombre de pages : 525
Genre : Fantasy




Mon avis :

J'ai vraiment été agréablement surpris par ce second tome. Il est pour moi bien meilleur que le premier et il conclu la série de façon vraiment satisfaisante.

Pour remettre le livre dans son contexte :
On est dans un monde ou il existe la magie mais elle est interdite dans les terres ou à lieu l'action, bannie et ces utilisateurs ne peuvent pas entrer sans un collier qui leur tranche la gorge si ils émettent le moindre son.
C'est un peu un pays d'inspiration italienne, avec des familles ou des clans qui dirigent des morceaux du pays plus un roi au dessus. La particularité c'est qu'il existe des nomades qui sont de type forains, appelés Austrois, et qui sont les artistes du monde. Ils voyagent d'un endroit à un autre pour faire des spectacles (chant, théâtre, opéra, orchestres, feu d'artifices ...) et gagner leurs vie comme ça, les plus célèbres étant bien sur payés par les nobles.
Et ces nomades ont le secret des Tenseurs. C'est une technologie qui leur permet d'animer des automates (via la tension). Ils en gardent le secret depuis des générations. Imaginez le type de machine de Léonard de Vinci pour le coté visuel. Et elles sont très puissantes et très évoluées pour plein d'usages différents, pas juste des à forme humaines qui marchent. Par exemple ils en ont qui leur servent à voyager sans animal pour tirer leurs roulottes.


L'histoire reprend la ou elle c'était arrêté, nous avons d'un coté un mariage princier ou le fils de la famille Spadelpietra va épouser la fille du roi et devenir ainsi le futur roi. Et d'un autre le peintre Mical qui a été enfermé dans un donjon sans lumière et que les Austrois veulent libérer. 
Ce qui m'avait moins plu dans le premier tome (malgré le fait qu'il ai été une bonne lecture dans l'ensemble) était le fait que j'avais un peu l'impression de patauger dans l'intrigue et de ne rien y comprendre au but de l'histoire. Du coup j'avoue que tout se résume dans mon souvenir (avec le temps passé) à un grand flou dans lequel avancent des personnages poursuivis on ne sait pourquoi.
Et du coup voila pourquoi ce tome m'a plu en comparaison : parce que tout s'éclaire ici.

On comprend d'un coup tout ce qui se passait d'incompréhensible dans le tome précédent. Et je ne parle pas bien sur de la toute fin, mais d'une série de révélations qui arrivent dans la première partie du roman. Et ce qui est bien c'est que tout prend d'un coup une place nette mais que ça ne nous empêche pas de découvrir de nombreux nouveaux mystères, dont on va parler dans ce tome.

L'intrigue devient facile à suite et se révèle être d'une belle richesse. Nombreux sont les thèmes à être abordés comme la santé mentale, la folie, le passé magique du monde. On a une histoire qui arrive à mêler habilement la géopolitique avec plein de cultures et de peuples différents, le tout avec des personnages attachants.
J'ai vraiment aimé la façon dont les détails de l'intrigue arrivent petit à petit tout au long du tome, du coup j'étais vraiment dans un état d'esprit ou je voulais toujours en savoir plus et je l'ai dévoré.

D'autant plus que pour contrebalancer la lenteur du premier tome, ici il se passe aussi pas mal de chose niveau action. En fait on entre dans une phase bien plus guerrière que précédemment.
Et j'ai trouvé que ça donnait du peps au récit, surtout qu'on est plus dans une phase désespérée que une campagne gagnante. Il y a plein de retournements et rien n'est joué jusqu'à la fin.

Quand à la fin elle même elle est vraiment sympa mais c'est pas une fin habituelle et du coup je comprends que certaines personnes soient un peu déçu. Mais personnellement je l'ai bien aimé parce qu'elle est vraiment dans l'esprit de tout ce qui se passe avant, à l'image des protagonistes.
En plus elle laisse ouverte la continuation de certains personnages importants ce qui nous laisse une part d'imagination quand à leur devenir.

Les personnages sont complexes et ils évoluent tout au long du roman. Aucun n'est figé sur début à la fin et ça rajoute de la complexité au roman et un coté réel. Je les ai trouvé tous très attachants. Après je ne peux pas trop vous en dire plus car leur évolution fait parti intégrante de l'histoire et trop vous en parler pourrait vous spoiler.

Au final je suis rentrée limite à reculons sur ce tome car je ne me souvenais plus de rien et malgré ça j'ai passé un excellent moment. Il m'a ouvert les yeux sur une intrigue bien complexe que j'ai dévoré jusqu'au bout. La fin conclu tout de façon satisfaisante

17/20

Ma chronique du tome 1

lundi 8 janvier 2018

C'est lundi... que lisez-vous? #102

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève depuis.


On répond comme chaque lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
 Qu'ai-je lu la semaine passée ?
 
 

Une bonne semaine !
- J'ai tout d'abord lu Terms of Enlistment qui a été une bonne découverte, c'est du très classique mais les personnages sont solide et il y a une bonne histoire et un bon background !

- Ensuite Un gout de Paradis n'a pas été aussi bon que je l'aurais aimé, j'ai trouvé que les personnages manquaient de gniark mais le livre à tout de même joué à merveille son rôle pour me changer les idées.
- L'insigne du Chancelier a été une bonne petite lecture fantasy, et m'a donné envie d'en savoir plus sur ce monde.
- J'avais un peu peur avant de commencer Carpe Diem mais après un début difficile à cause du style du livre j'ai finalement réussi à rentrer dedans et j'ai trouvé la seconde moitié vraiment très sympa ! 

- Feu de l'Ombre m'a aussi bien plu, mieux que le premier tome. Il n'y a certes rien d'original dans cette série mais les personnages sont sympa et ça suffit pour avoir de bonne intrigues ^^
Et j'ai fini sur une Novella en LC avec Althea : One Wilde Night qui a été très sympa et nous raconte une rencontre qui va tout chambouler pour la suite de la série !



Que suis-je en train de lire en ce moment ?

 
 
Pour l'instant j'accroche bien, j'ai hâte de continuer !
 
Que vais-je lire ensuite ?
 

 
Bon ok, j'ai peut être été un peu trop ambitieuse avec 4 livres de plus de 500 pages prévus sur les 6 mais je vais essayer de m'y tenir ^^
Sinon c'est varié même si je rajouterais surement un livre d'urban fantasy vu que je n'en ai prévu qu'un seul et que ça ne me ressemble pas (et du coup un autre risque de sauter, pour cette semaine en tout cas)
 
Et vous, que lisez vous?

dimanche 7 janvier 2018

Tensorate, book 2: The Red Threads of Fortune de J.Y. Yang






Année de sortie : 2017
Éditeur : Tor.com
Nombre de pages : 213
Genre : Fantasy
Mon avis :

Si il est situé dans le même monde enchanteur que la première Novella et que j'apprécie toujours autant, j'avoue que j'ai été un peu moins investie émotionnellement parlant dans celle ci en comparaison, même si ça reste quand même dans du très bon niveau.

Si il a été dit que les deux tomes de cette série peuvent se lire dans n'importe quel ordre, je déconseille quand même de lire celui ci en premier. Premièrement parce qu'il spoil la fin du précédent, et en plus parce qu'il est difficile de vraiment se rendre compte de la situation du personnage principal si on ne connait pas son passé, vu qu'il est juste esquissé ici.

Dans ce tome ci, nous suivons l'autre jumelle, Mokoya. Suite aux événements du tome précédent, elle a décidé de changer de vie et la voici donc dans une équipe de chasse au Nagas. Elle traque les énormes bêtes qui sont originaires d'un autre continent mais qui s'égarent de temps en temps sur le leur à cause de tempêtes qui leurs font perdre leur chemin. 
Elle est toujours blessée mentalement de ce qui c'est passé et utilise cette traque sauvage pour se changer les idées, bien que les personnes qui lui sont attachées soient sceptiques quand à la méthode et aient peur qu'elle finisse par vraiment se perdre.

Mais un jour une rumeur d'un Naga bien plus grand que la normale leur parvient, celui aurait attaqué une ville qui sert secrètement de bastion à la résistance. C'est en recherchant la bête que Nakoya fait la rencontre de Rider, une jeune personne (sans genre) qui a réussi à contrôler un Naga qu'il utilise comme monture.
Et voila les deux personnages en route pour la ville en question pour essayer de trouver et tuer le Naga géant avant que les troupes de l'impératrice prennent le pouvoir sur place sous prétexte de ramener l'ordre ...

Makoya a perdu son don de prophétie suite à la blessure. A la place de voir le futur, elle ne voit plus que le passé qu'elle aimerais pourtant oublier. C'est un personnage brisé que nous suivons, elle ne tient plus que grâce à sa fidèle monture Phoenix (un raptor, et oui, et oui, ça a de la classe) qui l'accompagne partout. 
Cette histoire est l'histoire de Makoya et de son chagrin et de ce qu'elle fait pour faire enfin son deuil. On retrouve bien sur en passant les personnages du premier mais ils n'ont qu'un rôle secondaire comme Makoya dans le premier.

En dehors du développement du personnage de Makoya grâce à Rider, il y a plein de thèmes intéressant qui apparaissent ici.
Notamment concernant la magie. On découvre que si la façon de faire du Tensorate est très efficace en fait elle est quand même limitée sur certains sujets. Notamment Rider peut se téléporter grâce à cette autre façon d'envisager la magie.
On a aussi tout un passage qui chamboule totalement les idées reçues qu'on avait sur le don de prophétie de Makoya et comment celui ci marchait. Et j'ai trouvé ça vraiment très bien trouvé et intelligent. 

Cette histoire se passe sur un temps bien plus court que la première et du coup en globalité il s'y passe bien moins de choses. Ajouté au fait qu'on n'a plus de ce plaisir de la découverte de ce monde vaste et magique. Je pense que sans doute pour ça que ce tome m'a moins touché que le précédent alors même qu'il traite de thèmes plus émotionnels.

J'ai néanmoins vraiment apprécié ma lecture, et je continue à recommander cette série à tous les fans de fantasy un peu originale, elle est vraiment très bien faite.

16.5/20

samedi 6 janvier 2018

Testament, tome 3 : Humain.e.s, trop humain.e.s de Jeanne-A. Debats






Année de sortie : 2017
Éditeur : ActuSF
Nombre de pages : 480
Genre : Urban fantasy





Mon avis :

Un tome qui termine bien la trilogie, plein d'humour comme toujours, mais avec quelques défauts.

Agnès a enfin été acceptée dans un convent ! Un fait inhabituel totalement éclipsé par l'actualité car tous les vampires du Cénacle majeur meurent dans un attentat. Et voila donc l'étude notariale au centre de toutes les magouilles car le cénacle a légué un mystérieux coffre que tout le monde semble vouloir ouvrir ...

Franchement c'était une bonne fin. Une façon de boucler totalement la trilogie mais aussi l'univers en lui même.
C'était un plaisir de retrouver tous nos personnages, de Navarre à Zalia ou Géraud. Ils sont vraiment fidèles à eux même tout du long.
On retrouve aussi l'humour toujours aussi présent, le ton caustique comme jamais, et qui m'a fait éclater de rire de nombreuses fois.
Du coup ça ne m'a pas du tout gêné que tout parte un peu dans tout les sens niveau intrigue, parce que ça reste vraiment dans l'esprit de la série et de l'humour, et ça c'était excellent.

Par contre il y a quelques points sur lesquels j'aimerais revenir parce qu'ils ont été plus mitigés.

Le premier point que j'ai moins aimé est la façon dont le coté militant est mis en œuvre dans ce tome. Et si c'est vrai qu'on abordait déjà dans les tomes précédents des sujets importants et militants, c'était plus subtil. Ici non, on a droit à un matraquage en règle de tous les problèmes actuels : la terre est trop peuplée il faudrait faire moins de bébés, oui, il y a du racisme envers les noirs, les gros, les asiatiques, les trans, les LGBT+ ..., oui, la planète est dans une mauvaise phase parce que tout est pollué, il faudrait moins de voiture pour les particules fines, moins de nucléaire, oui, la police est violente et raciste ... etc ...

Mais du coup j'ai trouvé que c'était un peu la sur-abondance niveau thèmes. On avait à peine le temps de parler d'un qu'on passait à un autre. Chaque sujet particulier était noyé dans la masse des autres et on avait l'impression qu'il ne se passait pas une scène sans qu'on n'en aborde un différent, à la chaine.
Du coup ça noyait aussi leur importance et leur impact car au final chaque thème est important mais face à l'accumulation on fini par les passer sans grand intérêt. C'est dommage !

Il y a pas mal de passages du livre n'ont lieu d'être que pour nous faire passer une des opinons de l'auteur sans avoir de réel intérêt dans l'intrigue. Avec à chaque fois un commentaire bien pensant d'un des personnages qui nous explique gentiment ce qu'on doit en penser. Et j'ai trouvé que ça faisait un peu maitresse d'école à nous donner des leçons.

J'étais quasiment d'accord avec tout ce qui se disait mais je n'ai pas trop aimé la façon dont c'était fait, pour moi ce n'est pas très bien intégré.
D'autant plus que tout est vraiment centré sur les problèmes actuels de 2017. Je ne dis pas que ce n'est pas possible que dans 15-20 ans on n'en parle pas encore, mais ça m'étonnerais vraiment que par exemple le #notallmen reste dans les mémoires, après tout, qui se souvient vraiment des problèmes de ce genre de 1995 à l'heure actuelle?

Le dernier point a été pour moi les nouveaux personnages introduits dans ce tome. Notamment les deux sorcières du convent d'Agnès. J'ai eu l'impression qu'elles n'étaient la que pour ce que j'ai expliqué dans la partie précédente, qu'elles ne sont utile que pour nous faire la leçon.
En fait le problème c'est aussi que dés qu'elles sont apparues je les ai trouvé clichées. C'est peut être fait exprès, je ne sais pas, mais pourquoi faut-il que la guadeloupéenne soit grande et bien en chair alors que l'asiatique est très mince et androgyne? Pour un livre qui est autant militant j'ai trouvé ça un peu triste de tomber la dedans et ça m'a déplu. J'aurais préféré que ça soit l'inverse, pour changer.

On a peut être l'impression que je n'ai pas vraiment aimé ma lecture après avoir lu tout ça mais en fait non, en globalité c'était très sympa, surtout la fin.
(Il est toujours plus facile d'expliquer pourquoi on n'a pas aimé certains points que pourquoi on a aimé.)

15.5/20

Mon avis sur Métaphysique du Vampire
Mon avis sur le premier tome de la série

vendredi 5 janvier 2018

La Ballade de Pern : Les Dauphins de Pern de Anne McCaffrey






Titre original : The Dolphins of Pern
Année de sortie : 1996
Éditeur : Pocket
Nombre de pages : 317
Genre : Science-Fiction
Mon avis :  

Une bonne petite lecture dans le cycle. On ne peux pas dire que ça soit une lecture vraiment essentielle mais pour continuer dans le plaisir de cet univers avec des personnages très sympa et une petite intrigue tout à fait dans l'esprit de la série, c'était la lecture idéale.

Pendant de nombreuses années, les dauphins ont été les compagnons maritime préférés des humains, ils les guidaient pour leur faire éviter les tempêtes et leur signaler les meilleurs zones de pèche, le tout accompagnés par leurs fidèles compagnons humains qui faisaient le lien.
Mais petit à petit les humains les ont oubliés. Malgré tout les Dauphins ont tenu parole, ils ont perpétués leurs devoirs de génération à génération malgré l'absence d'humains. Jusqu'au jour ou le jeune Readis et son père sont sauvés par des Dauphins et à leur grande surprise les entendent parler ...

Par contre en le lisant j'étais vraiment en colère avec Pocket et leurs intégrales. En dehors du prologue qui lui se passe quelques années après les histoires de La Chute des fils, qui dure 2 pages, tout le reste de cette histoire se passe parallèle de l'histoire principale avec la majorité se passant même après la fin. Et en plus cette histoire principale est totalement résumé dans ce tome et donc spoil tout pour ceux qui le lisent en premier !
C'est limite cruel de l'avoir mis en tout début. Je pense que ceux qui ont pris cette décision n'avaient sans doute jamais lu le livre. 

En dehors de ça ce livre est sans doute pour moi le plus charmant de la série. Comment ne pas apprécier ces dauphins si plein de vie et de joie? Ils sont loyaux jusqu'au bout et chaque passage avec eux est une source de bonne humeur et d’émerveillement car ils sont bien plus intelligent qu'on s'imaginait au départ.

C'est vrai qu'on pourrait reprocher aux adultes de la série d'être devenu rigides la ou ils étaient les premiers à partir à l'aventure dans les tomes précédents. Mais pour moi je trouve cette évolution normale quand ils se mettent à avoir des responsabilités en vieillissant et qu'ils ne veulent pas que les gens qu'ils aiment et les enfants subissent les plus mauvaises parties de leurs propres enfances. Du coup ils les surprotègent un peu ce qui donne cette impression. 

Et puis c'est aussi normal car une personne dans toute sa vie ne peux pas toujours prendre les bonnes décisions, ça rend la chose plus réelle et ce monde plus complexe.

En dehors de ça la fin était un chouilla rapide comme résolution mais ça ne m'a pas plus choqué que ça et j'en ressors avec le sourire et toujours un aussi bon feeling sur cette série !

16/20