vendredi 20 avril 2018

Sharakhaï, book 0.5: Of Sand and Malice Made de Bradley P. Beaulieu






Année de sortie : 2016
Éditeur : Daw
Nombre de pages : 240
Genre : Fantasy





Mon avis :

Cette novella préquelle à la série Sharakhaï était vraiment très sympa et nous dévoile une partie de la mythologie qui nous était inconnue. J'ai vraiment passé un très bon moment et ça me redonne vraiment envie de continuer la série principale. 

Comme dans la série principale nous suivons Çeda, ainsi que quelques apparitions de son meilleur ami Emre. Concernant la situation de départ : Çeda est une adolescente, elle commence tout juste à se battre dans l'arène ou elle est en train de se fait un nom et elle fait toujours des courses pour gagner sa vie en dehors.
L'une de ces courses va avoir des répercutions inattendues.

En effet on lui rapporte que le produit qu'elle a délivré a été empoisonné et aurait pu tuer le client. A partir de ce moment la, Çeda ne le sais pas mais elle a mit le pied dans un engrenage qui va l'embourber dans une montagne d'ennuis sous la forme d'un Ehrekh, un démon mythologique qui va commencer à s’intéresser à elle et à son passé et qui ne connait pas le mot "non".

Le récit est raconté sous la forme de 3 histoires à la suite, liées bien entendu par l'histoire commune. En fait on est simplement dans une histoire qui se déroule en trois phases, chacune étant raconté comme si elle était indépendante.

En dehors de quelques sous entendus concernant le passé de Çeda et les secrets qu'elle cache, il n'y a pas de lien entre cette histoire et celle de la série principale. Ce qui fait que ce livre peut très bien être lu en premier ou même indépendamment.
En plus elle a suffisamment de background en elle même pour ne pas avoir besoin de la série principale pour marcher, ce qui est un très bon point.

Franchement j'ai adoré cette histoire. Le monde et la ville de Sharakhaï sont tellement vivant qu'on imagine vraiment les odeurs, les couleurs ou les bruits. L'auteur a su créer en quelques pages un univers qui donne envie, qui nous plonge avec délice dans cette ville mythique.
En plus de ça le mystère de l'histoire rajoute une couche pour donner une atmosphère unique à ce récit.

C'était intéressant de voir Çeda en adolescente, finalement elle a peu changé en dehors du fait qu'elle a une certaines naïveté ici qu'elle n'a plus ensuite. Elle n'a pas l'intention de s'insérer dans les histoires des autres, ce qui est compréhensible dans ce monde ou déjà survivre quand on est une orpheline est difficile. Mais pourtant elle n'hésite pas à se battre pour sauver ceux qui ont été mis en danger à cause d'elle.

Moi qui normalement est moins fan des histoires courtes, j'avoue que celle ci a parfaitement fonctionné. J'en suis ressortie avec un sentiment d'émerveillement qui m'a fait vraiment plaisir. J'aimerais vraiment lire des histoires courtes aussi bonnes plus souvent.

En fait elle m'a vraiment remotivée à continuer la série dont le tome 2 traîne dans ma bibliothèque depuis sa sortie. Je pense que je vais même relire le premier avant parce que cette histoire ci m'a rappelée que je ne me souvenais plus grand chose de la mythologie du monde.

17/20
Mon avis sur le premier tome de la série : Les Douze Rois de Sharakhaï,

jeudi 19 avril 2018

The Riyria Chronicles, book 2: The Rose and the Thorn de Michael J. Sullivan






Année de sortie : 2013
Éditeur : Orbit
Nombre de pages : 347
Genre : Fantasy





Mon avis :

Ce tome était vraiment dans la même veine que le précédent, avec les même qualités mais il a moins marché dans l'ensemble. 

On est toujours dans une série qui a pour but de nous planter le décor du background des Révélations de Riyria. On continue donc à découvrir les interactions entre les différents personnages de la série principale avant que leur grosse aventure ne commence.

Cette histoire se dérouler un an après la fin du tome précédent et Adrian et Royce rentrent pour la première fois à Medford depuis qu'ils l'ont quitté pour commencer leur vie de mercenaire. Mais arrivé sur place Gwen refuse de les recevoir et les met à la porte. Au début ils ne comprennent pas pourquoi et sont vraiment déçus, mais en fait en cherchant un peu ils s'aperçoivent que son établissement est dans le collimateur d'un noble très puissant depuis la disparition d'une de ses filles lors d'une fête au château ...

En fait je pense que le point qui a fait que j'ai un peu trouvé le temps long et que l'histoire avait moins d’intérêt malgré justement le fait qu'on découvre bien plus de personnages importants des Révélations dans ce tome a été le changement de point de vue.
Jusqu'ici on ne suivait que le duo de Riyria et ça me convenait parfaitement. Du coup quand on commence à suivre les aventures d'un gamin par particulièrement intéressant ça m'a fait un peu un choc.  Et même si ce gamin est un personnage qui deviendra important, même si il nous permet de croiser et de voir grandir une grande partie des personnages qu'on n'avait pas encore vu dans le premier tome, j'ai eu plus de mal à m'y faire sur le coup. 

En fait en y repensant je n'aurais pas du être surprise parce que c'était une habitude dans les Révélations d'avoir de nombreux points de vue différents suivant les tomes et il n'y avait pas de raison que cette série la change la donne. Mais je ne sais pas pourquoi je ne m'y attendais pas, et ça n'a donc pas fonctionné comme je le souhaitais.

Pour le coup par contre l'histoire racontée dans ce tome est une histoire particulièrement importante dans la série ce qui fait plaisir. Après coup j'avoue que j'ai vraiment apprécié de l'avoir lu et de savoir maintenant ce qu'il c'était passé. Du coup ça modère un peu ma déception.

Mais sinon un point qui m'a un peu traversé la tête à la fin a été de me dire que le monde était un peu petit. En lisant les Révélations de Riyria on avait l’impression que les personnages se rencontraient pour la première fois. Mais en fait ici on découvre que non et ça m'a un peu gêné. Parce que même si leurs interactions sont courtes elles ont quand même lieu à un moment clé et marquant de leur histoire. Et du coup c'est un peu étonnant que même des années après ils aient totalement oublié ou qu'à aucun moment ils ne se disent "mais je te connais toi non? Ta tête me dis vaguement quelque chose".

Bon c'est un détail c'est sur, vu que les Révélations se passent vraiment des années après, que les personnages ne sont encore que des enfants dans ce tome ci et que la vie des nobles consiste souvent à rencontrer des centaines de personnes, ce qui pourrait expliquer. (ou alors c'est juste moi qui me prend un peu trop la tête xD)

Sinon au niveau des bons points on reste vraiment dans le même style que le premier, le rythme est bon, le style fluide et se lit tout seul. Il est très accessible au niveau anglais, contrairement à beaucoup de séries de fantasy celle ci peut être facilement adaptée pour les débutants en lecture VO.

Au final malgré tout les points un peu plus mitigés j'ai tout de même passé un bon moment et j'ai apprécié de l'avoir lu.

15/20
Mon avis sur le tome précédent de cette série : tome 1 : The Crown Tower,
Mon avis sur les autres tomes de la série Les Révélations de Riyria : tome 1 : La Conspiration de la couronne, tome 2 : La Tour elfique, tome 3 : L'Empire de Nyphron, tome 4 : Tempête d'émeraude, tomes 5 et 6 : L'Héritier de Novron,

mercredi 18 avril 2018

Route 666 de Roger Zelazny






Année de sortie : 1969
Titre original : Damnation Alley
Éditeur : Mnémos
Nombre de pages : 217
Genre : Science-Fiction, Post-Apocalyptique




J'ai reçu ce roman dans le cadre d'une Masse Critique. Je remercie donc Babelio et les éditions Mnémos.

Mon avis :

Un Road Trip d'enfer dans ces États-Unis dévastés et dangereux. Court mais efficace, l'ambiance hallucinée est au rendez-vous, dommage que l'histoire ne soit pas aussi convaincante.

Un jour quelqu'un a voulu rayer les États-Unis de la carte. Il a envoyé de quoi tout anéantir. Mais ses bombes ont laissé en vie les 2 cotés opposées du pays : le nord est (Boston) et le sud ouest (la Californie). L'histoire se passe des années après, plus personne n'a traversé le pays depuis très longtemps et on n'a plus des rumeurs de ce qu'il se passe de l'autre coté.

Hell Tanner est un Hell's Anger, enfin un ancien vu qu'il est le tout dernier vivant dans sa zone, l'ancienne Californie. Il sème le chaos derrière lui ou qu'il aille et cumule les arrestations pour tout les crimes possibles et imaginables.
Mais voila la situation change, un homme a réussi à traverser le pays et il apporte une bien mauvaise nouvelle : une épidémie de peste ravage les derniers survivants de l'autre coté. Hors il se trouve que c'est la Californie qui a toutes les réserves de médicaments. Du coup celle ci va envoyer à son tour une expédition sur la fameuse Route 666, chargée de délivrer les médicaments et essayer de sauver le maximum de personnes à Boston.

Voila pourquoi les autorités décident d'accorder a Hell Tanner l'amnistie pour tout ses crimes si il accepte d'être un des 4 chauffeurs qui vont se lancer pour essayer de faire la traverser a bord de voitures blindées et sur-équipées ...

Et bien en voila un road trip ! Paysages dévastés et encore radioactifs, créatures dignes de téléfilm d'horreur, catastrophes météorologiques et géologiques ... Tout y passe.
Niveau ambiance post-apocalyptique on est en plein dedans. Ce qui n'est pas étonnant car ce livre a servi de source d'inspiration pour créer les Mad Max. Du coup l'ambiance et les monstres sont étrangement similaire et on retrouve avec plaisir cet univers.

En fait le seul souci que j'ai eu c'est qu'au final on avait plus l'impression que c'était une énumération de tous les problèmes qui pourraient survenir dans ce genre de situation. Ils arrivent l'un après l'autre, et des fois on a un peu l'impression que les erreurs sont toutes humaines et que si personne n'arrive à passer c'est surtout parce qu'ils agissent trop souvent comme des idiots sans cervelle (ce que n'est pas Hell Tanner) plus que parce que le danger est vraiment hyper important.
Limite je me demandais pourquoi plus personne ne traversait. Mais vu que ça nous met vraiment dans l'ambiance, ça n'est finalement pas bien important.

Le personnage de Hell Tanner par contre était très sympa dans le genre personnage "torturé mais qui a décidé de faire le bien une dernière fois dans sa vie". En fait ce voyage est un espèce d'au revoir pour lui, un dernier défi et il n'a pas l'intention d'échouer. C'est un peu sa façon à lui de se ranger, d'arrêter les conneries.
Ce n'est pas pour autant un personnage sympathique. Il est totalement concentré sur le but final et si il doit mettre un autre en danger pour survivre, il le fera sans aucun hésitation. Il ira jusqu'au bout, rein ne peux l'arrêter.

J'ai trouvé que les points de vue à Boston n'apportaient finalement pas grand chose, à par pour nous rappeler que l'épidémie se répand petit à petit. Mais vu que les voitures ne prennent pas leur temps et ne peuvent pas voyager plus vite, finalement on ne ressent pas cette frustration du temps perdu face à l'inévitable. Du coup le ressort dramatique ne sert pas à grand chose.

J'ai aussi été un peu déçue de la fin. En fait elle n'était pas vraiment crédible pour moi, Je ne peux pas trop en parler pour ne pas spoiler et je veux bien que le coté réalisme des situations soit un peu mis de coté dans un roman de ce genre mais celle ci a un peu été la goute d'eau qui a fait déborder le vase pour moi à ce niveau la.

Ce que je retiendrais de ce livre assez court c'est surtout l'ambiance et le personnage. A eux seuls ils arrivent vraiment à nous marquer, on est vraiment dans un roman post-apocalyptique très efficace et sans répit. Dommage que le reste ne suive pas vraiment.

15/20
Les autres avis sur ce roman : Zina (Les pipelettes en parlent)

lundi 16 avril 2018

C'est lundi... que lisez-vous? #116

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève depuis.


On répond comme chaque lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
  
Qu'ai-je lu la semaine passée ?


http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/04/minuit-impasse-du-cadran-de-claude-izner.html



 Une bonne semaine !

- J'ai commencé la semaine en terminant ma novella Of sand and malice made qui était vraiment très sympa et qui m'a bien remotivée dans ma lecture de la série.
- Le même jour j'ai aussi terminé Minuit, impasse du Cadran qui était aussi une lecture que je traînais depuis le milieu de la semaine dernière (c'était ma lecture mystère). Je viens de le chroniquer et c'était une lecture sympa mais pas vraiment pour moi, loin de ma zone de confort.
- J'ai lu ensuite L'amour en 9 défis, une petite romance historique comme je les aime, vraiment très agréable et qui a parfaitement joué son rôle.- Angles of attack était aussi vraiment très sympa, j'adore toujours autant l'ambiance de cette série et son ton réel et personnage faillibles.
- J'ai lu ensuite une livre qu'on m'a prêté et qui n'était pas du tout prévu à savoir Le pari. J'ai pas mal apprécié mais rien de plus, c'était quand même hyper classique et un peu trop ressemblant à la nouvelle série de l'auteur dont j'ai lu le premier tome il n'y a pas si longtemps.
- Aces Wilde est vraiment un tome de transition très important dans la série et qui fini en plus en cliffhanger, j'ai adoré.
- Et finalement j'ai terminé une seconde romance historique, A cause de Mlle Bridgerton qui en fait a été lu en parallèle de ma lecture toujours en cours parce qu'elle est assez dure et que j'avais besoin de me changer un peu les idées. J'ai vraiment bien apprécié ce début de série, je l'ai préféré à toute la série précédente, et j'ai bon espoir pour les prochains tomes !


Que suis-je en train de lire en ce moment ?




Holalala, il y a des scènes vraiment horribles dans ce livre, mais je suis bien prise dedans. J'ai hâte de le continuer !


Que vais-je lire ensuite ?




 Finalement la semaine dernière j'ai bien lu et j'ai surtout bien respecté ma programmation. En fait ça a bien fonctionné avec ma petite phase de déprime littéraire alors je continue à en faire une :p

Et vous, que lisez vous?

dimanche 15 avril 2018

Minuit, impasse du Cadran de Claude Izner






Année de sortie : 2012
Éditeur : 10|18
Nombre de pages : 385
Genre : Policier Historique





Mon avis :

Ce livre était bien écrit et agréable à lire même si il se situe clairement en dehors de ma zone de confort et que j'ai fait l'erreur de le lire sans avoir lu les précédents de la série avant.

Ce tome est le onzième et avant dernier tome de la série policière historique qui suis les enquêtes de Victor Legris. Et si prendre la série dans le désordre est tout à fait possible, après la lecture de ce tome je ne le recommande pas du tout. En effet il y a eu pas mal de passages au milieu du livre que je n'ai pas vraiment compris dans leur contexte car ils parlaient de la situation du personnage principal et de sa famille et n'étaient clairement pas destinés à quelqu'un qui ne connaissait pas la situation générale.

Je trouve que l’intérêt premier de ce livre est vraiment cette plongée en cette fin de 19ième siècle dans le Paris populaire à l'époque ou tout commence à vraiment changer. J'ai trouvé le livre vraiment très documenté et l'époque bien transcrite. Le parlé des personnages faisait vraiment réel et vivant.
On y parle de l'affaire Dreyfus, bien commentée, des grévistes, des premières normes de sécurité, on consultes activement les journaux et la presse à beaucoup de pouvoir. On discute le soir dans les bar de la difficulté des gens à s'adapter à tout ces changements récents dans leur vie.

Mais paradoxalement c'est aussi la partie que j'ai le moins aimé. Alors c'est personnel, c'est juste parce que c'est une période historique que je n'apprécie pas plus que ça. On retrouve une ville noire et polluée au charbon, la vie des hommes dans les usines est très peu respectée et souvent en danger. Du coup l'ambiance est très loin d'être rose, allant plus sur un coté déprimant et j'ai toujours eu du mal à vraiment m'enthousiasmer dessus.

Nous suivons Victor Legris qui aide un commissaire de police à résoudre un crime dans lequel celui ci ne peux pas s'impliquer car c'est son demi frère qui est mort et qu'ils n'avaient pas une bonne relation. Victor est libraire, donc pas du tout enquêteur et donc il va devoir trouver des moyens détournés pour faire parler les gens sur ce qu'il c'est passé et faire particulièrement attention aux "on dit".

Pour ce qui est de l'intrigue, en dehors des passages parlant du personnage principal dans sa vie de tous les jours (que je n'ai pas totalement intégré, j'avoue), je l'ai trouvé assez sympa. Bien que le personnage principal soit clairement un détective amateur, on voit qu'on est aussi sur une période riche en changements.
On commence tout juste s’intéresser à la place de la science dans les enquêtes mais on reste toujours dans un procédé à l'ancienne. En gros cela consiste à interroger tout le monde et à aller de lien en lien même si ils n'ont apparemment que très peu de points communs. 

J'avoue que ça m'a fait un peu rigoler quand il lui a fallu attendre la moitié du livre pour s’interroger sur les possibles alibis des suspects mais sinon avec ses petits moyens (le bon vouloir des témoins) j'avoue qu'il n'a pas fait du si mauvais travail. Surtout que finalement l'indice principal le plus flagrant il ne le trouve qu'après avoir déjà découvert qui était le coupable d'une autre manière. Du coup chapeau !

Par contre j'ai trouvé quand même bizarre qu'on arrive à faire une enquête entière sans rencontrer une seule fois la vrai police (en dehors du commissaire du début). Victor passe toujours après apparemment même si ça semble un peu lâche comme excuse vu que les crimes s’enchainent et qu'il va toujours sur place dés qu'il en entend parler. Du coup c'est vraiment le seul point plus mitigé de l'ensemble pour moi, il aurait du les croiser au moins une fois, ou parler de l'agent qui devrait être la pour surveiller les scènes de crime.

J'ai mis du temps à terminer ce livre, mais pas par déplaisir, juste parce que je ne suis pas habituée. Même si il y avait des passages qui m'ont perdus mais qui étaient clairement du au fait que j'ai commencé par un tome avancé de la série, j'ai trouvé qu'au final c'était une lecture sympa même si je ne lirais pas ce genre tous les jours. Le style rend les personnages très vivant et très marqués dans leur époque et l'enquête était intéressante. Si vous aimez la période transitoire entre le 19ième et le 20ième siècle et les romans policiers à l'ancienne, n'hésitez pas à donner sa chance à la série (mais en commençant par le premier, si possible).

15/20

vendredi 13 avril 2018

Iron Druid Chronicles, book 4: Tricked de Kevin Hearne






Année de sortie : 2012
Éditeur : Del Rey
Nombre de pages : 341
Genre : Urban Fantasy





Mon avis :

Un tome très sympa même si il était moins grandiose que le précédent et beaucoup plus posé.

Suites aux événements des tomes précédents, Atticus a décidé que se cacher était la meilleur façon d'échapper aux conséquences de ses actions. Il change d'identité, accompagné de son apprentie Granuaile et de son chien Oberon, et part s'installer à Tuba City (la capitale du pays Navajo), aidé par Coyote. Celui ci accepte de prendre le risque de l'avoir sur ses terres à condition qu'il l'aide dans un projet minier dans le coin.
Il va s'agir pour Atticus de convaincre l'élémentaire du coin de faire remonter les veines d'or profondément enfouies sous terre pour permettre aux locaux de pouvoir reprendre le contrôle de leur zone.

Mais ce qu'Atticus ne c'est pas encore mis en tête c'est que Coyote est toujours foncièrement l'escroc qu'il incarne et qu'il ne se contente pas de lui laisser tout le gros boulot de terrassement. A peine le campement est-il installé que des skinwalkers dont leur apparition, détruisant tout sur leur passage ...

En fait dans l'histoire principale ce tome est un peu à part. En dehors d'un ou deux passages au milieu, toujours liés à Asgard, tout le reste concerne une intrigue indépendante.

Quel plaisir de retrouver le duo Atticus - Oberon ! Il m'avait un peu manqué dans le tome précédent mais ici on le retrouve en premier plan. C'est fun, bourré d'humour et je ne m'en lasse pas. Ce que j'aime surtout dans l'évolution de leur relation c'est qu'on a vraiment l'impression qu'Oberon devient de plus en plus intelligent. Certes il reste toujours un chien, centré sur ce qui l’intéresse le plus, jouer, manger etc ... mais ces remarques montrent à de nombreuses reprise qu'il comprend vraiment ce qu'il se passe autour de lui, bien plus que ce qu'on attendait d'un chien quoi.

J'aime bien aussi la relation Atticus - Granuaile. Ce dernier est toujours aussi maladroit à son égard, il ne sait pas comment se comporter avec elle. C'est mignon de voir ce survivant, si vieux et si sage et nonchalant dans tout ce qu'il fait se retrouver comme un ado à ne pas savoir que dire dans certaines situation. En fait il est resté seul, ne comptant que sur lui même, pendant si longtemps qu'il a perdu l'habitude de déléguer et d'entretenir des relations proches et sur le long terme avec quelqu'un, du coup il est perdu.

On retrouve aussi quelques personnages des tomes précédents, comme Leif qui a bien changé et qui m'a rendu triste. J'avoue que je ne sais pas trop quoi penser de ce qu'il est devenir, même si j'espère qu'on le reverra et qu'on aura plus d'explications dans le futur.

Ce tome ci ce concentre sur la mythologie amérindienne Navajo. Du moins une partie parce que si j'ai bien compris chaque tribu a/avait ses propres déclinaisons des mythes et donc il est difficile d'en faire des généralités. Et de toute façon je ne sais pas du tout si le livre repose sur des bases réelles ou transformées pour se les approprier (même si j'aurais tendance à dire le premier vu la façon dont l'auteur traite les autres mythologies et la façon dont ce tome a été accueillit dans son pays d'origine - ils ne plaisantent pas avec ça la bas).

C'est une mythologie rarement présente en urban fantasy. C'est vrai que le personnage de Coyote est déjà apparu, mais cela allait rarement plus loin. Du coup je dois dire que j'étais un peu perdue des fois. En fait le personnage principal Atticus n'est pas du tout familier avec cette mythologie donc il la subit plus qu'autre chose quand ses manifestations apparaissent. Ce qui fait qu'en tant que lecteur on a un peu l'impression d'être aussi perdu que lui.

Cela n’empêche pas du tout la compréhension du livre, c'est bien sur fait exprès. C'est expliqué par le fait que traditionnellement on ne discute pas de ce genre de choses avec les étrangers, se sont des secrets bien gardés. Ce qui fait qu'on ressors à la fin du tome en étant tout aussi perdu et en ayant le sentiment qu'il nous reste plein de choses à comprendre et que tout est très mystérieux. 

Dans l'ensemble ce tome est plus posé. Il y a certes du danger tout du long et Atticus prend plus cher ici que dans tous les tomes précédents. Mais on est dans une atmosphère spéciale qui donne l'impression de prendre son temps. de se ressourcer. On est moins dans l'urgence, on ne cours pas partout. En fait c'est un peu l’atmosphère qu'on avait dans le premier tome de la série, plus tranquille ou nonchalante et moins dans l'action.

Dans l'ensemble j'ai bien apprécié ma lecture. C'est un tome que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire et malgré le fait qu'on en ressort sans en savoir beaucoup plus sur la mythologie amérindienne concerné, elle reste fascinante à bien des égards.

16/20
Mes avis sur les tomes précédents de la série : tome 1: Hounded, tome 2: Hexed, tome 3: Hammered,

jeudi 12 avril 2018

Les chroniques du magicien noir, tome 3 : La reine traîtresse de Trudi Canavan






Année de sortie : 2012
Titre original : The Traitor Queen
Éditeur : Bragelonne/Milady
Nombre de pages : 768
Genre : Fantasy





Mon avis :

Si j'ai trouvé que cette lecture était tout aussi fluide que les précédents, j'ai été déçue par la fin de cette trilogie qui a mon avis ne vaut pas celle de la première.

Suite aux événements des tomes précédent, Lorkin se fait arrêter et questionner par les autorités du Sachaka. Sonea est appelé à la rescousse, accompagnée de Regin, et va devoir retourner dans ce pays qu'elle déteste tant avec pour objectif secondaire une alliance avec les Traitresses. Cery est donc laissé seul pour gérer la situation avec Skellin dans la capitale ...

Ce qui est positif c'est que ce tome ce lit vraiment bien. Le style est toujours aussi fluide et donc on le dévore sans même se rendre compte de sa longueur. Je ne me suis pas du tout ennuyée malgré le fait que l'histoire n'allait pas dans la direction que j'aurais aimé. (ce qui est suffisamment rare pour être mentionné).

En fait pour moi le souci ici c'est que l'intrigue était trop ambitieuse pour seulement 3 tomes vu le rythme auquel avançait l'intrigue depuis le début. Du coup il y a plein de points qui se finissent ici bien trop rapidement et sans grand intérêt alors qu'ils l'auraient mérité. On a l'impression qu'on est plus sur la fin d'un tome intermédiaire que sur celle d'une trilogie majeure.

Premièrement je n'ai pas vraiment été convaincu par les "méchants" représentés ici. Je comprend bien que l'auteur voulait qu'on soit à fond avec les traitresses, vu comme le Sachaka traite son peuple. Mais la sauce n'a pas vraiment fonctionné avec moi.

Le principal point qui me fait tiquer à ce sujet est que je n’adhère pas à la façon dont les traitresses fonctionnent. Leur société me parait finalement aussi mal équilibré que celle du Sachaka mais dans le sens inverse. En fait pour moi les femmes traitresses ne sont pas fortes, elles ont juste retourné la situation en donnant à l'homme un rôle mineur et en l’empêchant d'avoir la moindre responsabilité. 
Elles sont finalement aussi totalitaire et limite fanatiques que les autres. Alors oui, certes, c'est toujours mieux que d'avoir des esclaves, je suis d'accord, mais c'est tout de même loin d'être égalitaire et de déclencher mon enthousiasme. 

Ensuite on voit bien aussi que si la société du Sachaka a de mauvais cotés, elle est aussi composé de pas mal de monde qui ont de bonnes volontés pour essayer de faire un peu changer les choses ce qui les rend sympathiques.
Du coup la guerre me rendait limite plus mal à l'aise qu'autre chose. Sans parler du fait que pour moi elle c'était terminée bien trop rapidement.

Le second problème vient en fait des personnages. Je n'ai pas été satisfaite ni par les anciens personnages ni par les nouveaux. Je pense que l'idée de toujours suivre les anciens personnages en parallèle avec l'introduction de nouveaux n'était finalement pas une si bonne idée sur le long terme.

Du coup on a beaucoup moins de développement des nouveaux qui restent finalement avec des personnalité assez basiques qui n'évoluent pas vraiment. Ils ne sont pas assez développées à la fin de cette trilogie pour en faire des héros vraiment intéressants.
Et de la même façon on a aussi l'impression que Sonea, Cery et Dannyl ne servent à rien dans l'histoire en dehors du fait d'être présents alors que leur point de vue prend bien la moitié des pages.

Le fait d'avoir plusieurs fins qui m'ont semblé aller trop vite au lieu d'en avoir une grosse contribue à ma déception je pense. Il y a bien des points que j'aurais aimé voir plus développés et qui ne l'ont pas été.
L'épilogue nous donne à penser qu'une suite serait possible avec des éléments vraiment intéressant (comme les chasseurs de magiciens d'Igra, enfin on aurait un moyen de combattre des magiciens sans en être forcement un !). J'espère que cette probable suite nous donnera des détails de ce qui a été laissé de coté ici.

15/20
Mes avis des tomes précédents : tome 1 : La mission de l'ambassadeur, tome 2 : La Renégate,
Ceux de la trilogie précédente : tome 1 : La Guilde des magiciens, tome 2 : La Novice, tome 3 : Le Haut Seigneur,